RMC

Fin des contrats aidés: Medley, handicapé, n'a pas pu faire sa rentrée en CP

Selon l'association "Collectif citoyen Handicap", plus de 250 familles se sont retrouvées sans auxiliaire de vie scolaire pour leur enfant handicapé. La faute à la baisse drastique du nombre de contrats aidés voulue par le gouvernement.

Premier jour de la rentrée, premier couac. Ce lundi, plus de 250 familles n'avaient pas d'auxiliaire de vie (AVS) pour leur enfant handicapé. Pourtant si le gouvernement veut réduire drastiquement le nombre de contrats aidés, il avait assuré que ces postes resteraient "sanctuarisés pour l'accompagnement des élèves handicapés".

Mais ce lundi matin, comme d'autres enfants handicapés, Medley n'a pas pu faire sa rentrée en CP. Sa mère, Christelle, n'en revient pas: "La directrice m'a dit que l'AVS ne serait pas là, qu'elle n'avait pas de nouvelles et qu'ils ne pourraient donc pas garder Medley. On ne sait même pas s'il aura une AVS. Ca m'a fait très mal".

Des progrès évidents grâce à l'AVS

Christelle tente de joindre les services départementaux concernés: "J'ai passé la matinée à essayer de les joindre. Je n'ai pas arrêté d'appeler de 9h30 jusqu'à 15h, mais je n'ai pas réussi à les avoir".

Un acharnement nécessaire selon elle: l'année dernière, grâce à l'auxiliaire, les progrès de son fils, qui souffre de troubles du développement, étaient évidents: "Maintenant, il écrit son prénom, il écrit certains mots, il écrit les couleurs. L'AVS lui faisait des cahiers avec tous les mots qu'il disait dans la journée pour pouvoir travailler là-dessus".

Il y a urgence, mais Christelle a peu d'espoir qu'une solution soit trouvée cette semaine. En France, on compte 80.000 AVS, dont 25.000 employés à temps plein et 45.000 en contrats aidés.

Pierre Pillet (avec P.B.)