RMC

Isolement, hôpital... Le gouvernement veut modifier les règles pour éviter une désorganisation de la société avec Omicron

Les conditions d'isolement pour les cas contacts devraient changer dès le début de la semaine prochaine alors que le nombre de nouveaux cas explose chaque jour.

Le Conseil scientifique alerte: l'extrême contagiosité du variant Omicron pourrait entraîner une "désorganisation" de la société en janvier alors que le nombre de cas explose chaque jour. La multiplication des arrêts de travail et l'absentéisme pourraient perturber les supermarchés, les transports, l'hôpital ou encore les écoles. Pour éviter la grande désorganisation, le Conseil scientifique demande notamment d'alléger les règles d'isolement pour limiter cette désorganisation.

Les conditions d'isolement pour les cas contacts notamment devraient changer dès le début de la semaine prochaine, selon le ministre de la Santé assure Olivier Véran. "On a bien conscience que les délais actuels sont problématiques", confie un conseiller du ministère du Travail. Mais prudence. "C'est un sujet très sensible", explique un proche d'Olivier Véran. "On ne va pas réduire la période d'isolement à 7 jours si on est encore contagieux au bout du 8e", tempère-t-il.

A l'hôpital, les asymptomatiques pourraient continuer à travailler

"On investigue mais on n'a pas de solution à ce stade", résume la même source. Les données définitives sur le variant Omicron devraient nous aiguiller.

En attendant, le ministère du Travail tente de préparer les entreprises. Elles doivent tenir à jour leurs plans de continuité d'activité. Sorte de mode d'emploi pour leur permettre de fonctionner même en cas de crise.

Et à l'hôpital aussi les règles pourraient changer. Mais Olivier Véran tente tant bien que mal de rassurer: "Il est déjà arrivé que des soignants positifs asymptomatiques continuent à travailler et ça arrivera de nouveau si nécessaire", prévient-il.

>> A LIRE AUSSI - Covid: le variant Omicron plus contagieux, mais finalement moins dangereux?

Pierrick Bonno (avec G.D.)