RMC

L'Autriche reconfine toute sa population, la vaccination obligatoire dès février

-

- - -

La vaccination sera obligatoire dès le 1er février dans le pays de 8 millions d'habitants.

L'Autriche va confiner dès lundi l'ensemble de sa population et a décidé de rendre la vaccination obligatoire à partir du 1er février, devenant ainsi le premier pays de l'UE à prendre de telles mesures face à la résurgence des cas de Covid. Il faut "regarder la réalité en face", a déclaré le chancelier conservateur Alexander Schallenberg lors d'une conférence de presse dans le Tyrol, après des discussions avec l'ensemble des gouverneurs de régions.

"Malgré des mois de persuasion, nous n'avons pas réussi à convaincre suffisamment de gens à se faire vacciner", a-t-il souligné, déplorant la surcharge actuelle des unités de soins intesnfis. "Augmenter durablement le taux de vaccination est le seul moyen de sortir de ce cercle vicieux", a estimé M. Schallenberg, jugeant qu'il s'agissait du "ticket de sortie" de la pandémie. Il a par ailleurs annoncé un confinement pour une "durée de 20 jours".

Un taux de vaccination en deçà de la moyenne européenne

Depuis lundi déjà en Autriche, les deux millions de personnes non vaccinées n'avaient pas le droit de quitter leur domicile sauf pour faire leurs courses, du sport ou pour des soins médicaux. Désormais, l'ensemble de la population de 8,9 millions d'habitants est concernée par la mesure dans ce pays au taux de vaccination de 66%, soit légèrement en deçà de la moyenne européenne, malgré l'instauration d'un pass sanitaire dès le printemps.

Les restrictions récemment prises par le gouvernement ont entraîné une nette hausse du nombre d'inscriptions dans les centres de vaccination. Mais le nombre de cas continue d'augmenter, se situant à des niveaux inédits depuis l'émergence de la pandémie: jeudi, plus de 15.000 nouvelles contaminations ont été enregistrés.

>> A LIRE AUSSI - "C'est dommage, on aurait pu faire mieux avec un meilleur taux de vaccination": Angela Merkel annonce des restrictions pour les non-vaccinés

La rédaction avec AFP