RMC

Les youtubeurs plus influents que les médecins? "Ce sont des charlatans qui éloignent des soins"

Les médecins s'alarment d'un retour à la nature opposé à la médecine et mis en avant par de nombreux influenceurs et youtubeurs, sur les réseaux sociaux. Au menu notamment, un retour de l'accouchement à domicile sans assistance médicale.

Le patron de la maternité de l'hôpital Necker à Paris est inquiet. La raison? La tendance généralisée de nombreux patients "attirés par un retour à la nature qui s'opposerait à la médecine". "Aujourd'hui, une youtubeuse est plus écoutée qu'un professeur d'obstétrique", assurait Yves Ville au Parisien, évoquant la tendance à l'accouchement à la maison, vanté par des influenceuses.

"L’accouchement est quelque chose de naturel mais ça peut malheureusement très mal se passer. Il est donc normal que l’accouchement se passe en ambiance médicale", défend ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules", le médecin généraliste Jérôme Marty.

"On ne peut pas interdire l'accouchement à domicile mais ce que cela traduit, ce sont les dérives naturelles que l’on a avec un glissement de la chose naturelle vers les 'médecines alternatives'. Il y a des espèces de gourous et de charlatans qui vont se mettre sur ces créneaux et détourner des soins des patients et les mettre en danger", ajoute le praticien sur RMC et RMC Story.

"On croit plus les réseaux sociaux que son médecin"

"La crédulité des gens sur les réseaux sociaux, c’est extraordinaire. Il n’y a pas que dans la médecine, c’est dans tout. On croit plus aujourd’hui les réseaux sociaux que son médecin ou son conseiller financier", déplore de son côté Willy Schraen, le président des chasseurs de France.

Les accouchements hors du milieu médical peuvent parfois mal se dérouler. C'est notamment ce qui est arrivé à la mannequin et influenceuse Ashley Graham, qui avait beaucoup documenté sa grossesse sur les réseaux sociaux. Après avoir accouché de ses deux jumeaux à domicile en janvier, elle avait révélé en mai dernier avoir failli mourir lors de l'événement à cause d'une hémorragie.

"L'accouchement à domicile n'est pas adapté à toutes les femmes et toutes les grossesses, surtout quand on sait que l'âge moyen des femmes enceintes se décale progressivement vers les 35-44 ans", rappelle Yves Ville. Prudence, donc.

G.D.