RMC

Mort d'un enfant à Marseille liée à la maladie de Kawasaki: "Je ne souhaite à aucun parent de vivre une tragédie pareille"

Une maladie inflammatoire sans doute liée au Covid-19 et touchant certains enfants a fait un premier mort en France vendredi, un garçon de neuf ans. Son père a accepté de témoigner.

Après trois jours de fièvre, ce père, amène son fils aux urgences. Sa température est de 38,5. Des plaques rouges sont apparues sur l’ensemble du corps du garçon: "L'interne est arrivée et a commencé à l'examiner, elle l'a déshabillé, elle a regardé ses plaques, elle n'était pas très rassurée".

Les médecins laissent repartir le père et l’enfant avec une ordonnance d’antibiotiques. Quelques heures après, il fait une attaque cardiaque. Hospitalisé en réanimation, le garçon de 9 ans sera déclaré en mort cérébrale 5 jours plus tard: "J'ai demandé s'ils avaient trouvé à quoi c'était dû. Le médecin m'a dit qu'il s'avérait que les symptômes ressemblent aux symptômes de Kawasaki".

Pendant ces 5 jours, le garçon est testé au coronavirus. Il a bien été exposé au Covid-19 mais sans développer de symptômes: "Dans ce contexte sanitaire, je pensais qu'on allait jouer la carte de la précaution, il n'avait pas d'antécédent médical, il était en parfaite santé. Je souhaite que ce soit le premier et le dernier. Je ne souhaite à aucun parent de vivre une tragédie pareille". La famille envisage de porter plainte pour faire toute la lumière sur la mort de l’enfant.

La maladie intrigue les autorités sanitaires de plusieurs pays depuis deux semaines, alors même que les enfants ne sont que très peu atteints par les formes graves du Covid-19.

Après une première alerte au Royaume-Uni fin avril, des cas similaires ont été signalés à New York, en Italie ou en Espagne. Les morts sont extrêmement rares, avec un enfant de cinq ans à New-York et un adolescent de 14 ans à Londres.

135 cas recensés en France la première quinzaine de mai

En France, 135 cas de syndrome "rare et (qui) paraît actuellement en cours de régression" ont été recensés entre le 1er mars et le 14 mai, dont plus de la moitié en région parisienne, selon Santé publique France. Soixante-cinq enfants ont dû être traités en réanimation et 25 en unité de soins critiques. Les autres ont été hospitalisés en pédiatrie.

Les symptômes sont une forte fièvre, des douleurs abdominales et troubles digestifs, une éruption cutanée, une conjonctivite et la langue qui rougit, gonfle et prend un aspect de framboise. Ils sont proches de la maladie de Kawasaki, qui touche les enfants et entraîne une inflammation des vaisseaux sanguins.

Benjamin Pelsy et BFMTV