RMC

Pénurie sur les masques FFP2: "On est capable de produire 50 millions de masques par semaine", affirme un fabricant

Depuis mi-décembre, le nombre de demandes de masques FFP2 a explosé en France. Sur RMC ce jeudi, Christian Curel, président du syndicat des fabricants français de masques, assure qu'ils ont la capacité de répondre à cette demande.

Va-t-on vers une pénurie de masques FFP2? De plus en plus de Français se tournent vers ces masques en forme de bec de canard, hermétiques, qui protègent à la fois son porteur et son entourage. Selon une étude, entre 1,5 et 2 millions de FFP2 ont été vendus entre le 28 décembre et le 2 janvier en grande distribution.

Mais face à cette forte demande, se dirige-t-on vers une pénurie de ce type de masque? Certains stocks semblent s’épuiser. Pourtant, Christian Curel, président du syndicat des fabricants français de masques, et directeur de Prism, entreprise dans l’Hérault qui fabrique des masques chirurgicaux et FFP2, une pénurie n’est pas à l’ordre du jour.

“Nous n'avons pas encore de pénurie, même si nous avons beaucoup de demandes. Mais nous pouvons y répondre. Il y a une filière complète qui s’est mise en place depuis 2020. Elle tournait au ralenti puisqu’il y avait une faible demande de ce type de masque. Là, on voit bien qu’il y a un emballement depuis Noël, mais je pense que les fabricants sont prêts à répondre. On est capable de produire du jour au lendemain 20 millions de masques par semaine et de monter rapidement s’il y a besoin à 40 ou 50 millions de masques par semaine”, affirme-t-il ce jeudi sur RMC.

>> A LIRE AUSSI - Existe-t-il des masques chirurgicaux ou FFP2 français?

Plus cher qu'un masque chirurgical classique

Dans certains pays, comme en Italie ou certaines régions d’Allemagne, il est devenu obligatoire, dans les transports, les cinémas, théâtres. “En Allemagne et en Autriche, c’est presque depuis le début de la pandémie que le FFP2 est de mise dans tout ce qui est lieu clos comme les transports. Donc, effectivement, je pense que les FFP2 devraient être conseillés voire pris en charge pour les personnes fragiles ou à risques”, estime Christian Curel. 

Ces masques FFP2 coûtent un peu plus cher que les masques chirurgicaux classiques. 

“Un masque FFP2 est vendu autour de 30-40 centimes pour les professionnels. Sur les particuliers, je pense qu’on est entre 40 et 60 centimes. Mais un FFP2 se porte 8 heures et pas 4 heures comme les masques chirurgicaux. Et puis, le prix est complètement dérisoire par rapport à ce que coûte le fait que quelqu’un qui est contaminé doit rester chez lui à l’assurance-maladie, à l’organisation quand la personne ne travaille pas”, appuie-t-il.

Il estime surtout que face à l’émergence du variant Omicron, bien plus contagieux que les autres, le masque FFP2 est le seul qui limite véritablement l’infection. “Avec le variant Omicron, le masque chirurgical ne vous protège pas du tout car l'air passe dans tous les sens", assure-t-il.

Guillaume Descours