RMC

Tenir encore "4 à 6 semaines" face au Covid-19: accrochages entre un député LREM et les "Grandes Gueules"

DOCUMENT RMC - Face à la situation sanitaire, le gouvernement appelle à tenir encore "4 à 6 semaines". Mais la lassitude se faire ressentir chez les Français et certains s'étonnent de l'attentisme de l'exécutif qui semble retarder certains confinements.

Alors que la Côte-d'Azur et la région de Dunkerque ont connu leur premier week-end confinées, 20 départements pourraient également être confrontés à un tour de vis sanitaires, alors que la situation épidémique ne s'améliore pas et la sortie de crise s'éloigne. Pourtant lundi, Emmanuel Macron a appelé à "tenir" encore "4 à 6 semaines" avant de pouvoir desserrer certaines contraintes.

Pour Jean-Baptiste Moreau, député de La République en Marche de la Creuse, cette indication de 4 à 6 semaines est une invitation à ne pas ralentir: "On est pratiquement sortis de cette crise et ce n'est pas le moment de lâcher", a-t-il défendu ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Le couvre-feu a permis de maintenir le plateau, de ne pas connaître de pic épidémique alors que tous nos voisins ont du reconfiner beaucoup plus durement. La vaccination progresse tous les jours et d'ici cet été nous pourrons revivre normalement. Ce n’est donc pas le moment de lâcher au risque de connaître une nouvelle flambée. Il ne faut pas faire de chose inconsciente sur la santé publique", a plaidé l'élu.

Une plaidoirie qui n’a pas convaincu sur le plateau et a provoqué la colère de Joëlle Dago-Serry: "C’est grave ce que vous dites!", a-t-elle lancé.

"Monsieur Macron a dit que normalement tous les adultes seraient vaccinés d’ici septembre 2021, mais quel est le taux de vaccination en France? Il est très faible. On n’a pas utilisé tous les stocks, on est à 2% et vous nous dites que cet été on pourra revivre normalement ? C’est très dangereux d’avancer cette date", a ajouté Joëlle Dago-Serry.

>> A LIRE AUSSI - L'Île-de-France sera-t-elle reconfinée dès ce week-end?

"On ne veut pas tout bloquer"

Et si la mortalité baisse en Ehpad grâce à la vaccination, "on est toujours à 400 morts par jour, 2500 personnes qui pleurent chaque jour, ce n’est pas anodin", a relancé le docteur Jérôme Marty. "Dans tous les endroits où il y a une résurgence il faut agir. On a 20 départements en alerte, on se donne une semaine alors qu’il faut agir tout de suite".

"C’est pour ça qu’on laisse le couvre-feu", a répondu Jean-Baptiste Moreau.

"On ne veut pas tout bloquer, c’est pour ça qu’on veut faire par région. C’est pour ça qu’il ne faut rien lâcher et qu’il faut attendre 4 à 6 semaines avant d’envisager un assouplissement des restrictions", a-t-il lancé pour justifier les paroles du président de la République.

"Ce que j’appellerai relâcher la pression se serait rouvrir tout comme à l’ouest et tout garder fermer comme à l’est", préconise de son côté Joëlle Dago-Serry. "Si on ferme tout, c’est empêcher les mouvements inter-régionaux", lui a répondu Jean-Baptiste Moreau. "Et si on se retrouve avec une flambée épidémique dans ces régions ouvertes, on sera à nouveau bloqué", a ajouté l’élu.

Un nouveau conseil de Défense est prévu ce mercredi. A son issue, le gouvernement pourrait envisager d'imposer de nouvelles restrictions sanitaires, notamment en Île-de-France où la situation inquiète et où les élèves ont déjà repris le chemin de l'école après les vacances de février.

>> A LIRE AUSSI - Tests salivaires dans les écoles: 1.700 étudiants vont être recrutés pour aider

G.D.