RMC

Vacciner mes enfants me pose un très, très gros problème légal

-

- - AFP

TEMOIGNAGE - Les vaccins font l'objet d'un scepticisme record de la part des Français, dont la méfiance augmente également pour la plupart des catégories de médicaments, comme envers les professionnels de santé, selon une étude annuelle Ipsos, pour le compte de l'organisation française des industriels du secteur, le Leem, publiée ce lundi. Parmi ces sceptiques, Pauline, mère de quatre enfants, âgés de 8 ans à 8 mois.

"Mon mari et moi sommes vaccinés mais pas nos enfants sauf, malheureusement, mon fils aîné. Je dis malheureusement parce qu'à l'époque j'avais demandé à mon médecin de ne faire que les vaccins obligatoires. Or, quand j'étais enceinte de ma deuxième, je me suis un peu plus renseignée et je me suis rendue compte que finalement le vaccin (l'Infarix Quinta destiné à protéger contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et le hiB, ndlr) qu'il avait fait n'était pas obligatoire.

"C'est très hypocrite"

Vacciner mes enfants me pose un très, très gros problème légal. En effet, les vaccins obligatoires sont les DTP (diphtérie, tétanos, polio) or le DTP n'est plus sur le marché depuis juin 2008. C’est-à-dire qu'aujourd'hui un parent qui veut faire vacciner son enfant est obligé de lui faire injecter des vaccins non-obligatoires. De ce fait, s'il y a un accident post-vaccinal, étant donné que ce sont des vaccins qui ne sont pas obligatoires, l'Etat ne sera pas reconnu coupable. Ce sera 100% ma responsabilité parce que j'ai décidé de faire des vaccins qui ne sont pas obligatoires. Et moi, je ne veux pas de ça.

Quand je vais voir mon médecin, il ne m'embête pas avec ça car quand il a commencé à me parler de vaccination je lui ai dit que j'étais d'accord seulement si c'était sous son entière responsabilité. C’est-à-dire que je voulais qu'il écrive noir sur blanc qu'il prenait la responsabilité de vacciner mes enfants parce que moi je ne la prenais pas car pour moi le DTP n'existe pas. Il m'a répondu qu'il n'était pas prêt à engager sa responsabilité professionnelle là-dessus. Moi je veux bien revoir mon discours et voir autrement mais pour cela il faut que quelqu'un atteste de sa responsabilité. Bizarrement personne ne le veut. C'est très hypocrite.

"On ne nous dit pas tout"

Je pense que c'est à chaque parent de regarder la balance bénéfice/risque d'une vaccination en fonction de ce qu'il est prêt à assumer ou pas. Aujourd'hui, la diphtérie a été éradiquée comme le prouve un rapport de l'OMS (quelques cas ont été détectés en début d'année en Espagne et au Danemark, ndlr). De même, il n'y a qu'une dizaine de cas de tétanos en France chaque année. Et encore ce sont chez des personnes de plus de 90 ans qui n'ont pas un système immunitaire fonctionnant très bien. Et la polio est, elle aussi, éradiquée depuis des années comme le montre un autre rapport de l'OMS. Donc entre faire vacciner ou non ses enfants contre ces maladies qui ne sont plus présentes, quand on voit ce qu'on injecte dans les vaccins, ce que ça contient et que l'on ne nous dit pas tout, j'ai choisi.

Normalement avant de mettre un vaccin sur le marché, il faut attendre 20 ans, aujourd'hui, notamment pour les vaccins contre l'hépatite B, ils sont commercialisés au bout de 3 ou 5 ans. On n'a pas de retour! Personne ne peut nous dire que le vaccin est efficace! On nous vend quelque chose en nous disant que l'on sera protégé mais on ne fait pas de test après pour bien le vérifier pourtant un texte de loi dit qu'il faut que ça se passe comme ça. Normalement, il faudrait faire des prises de sang et autres pour savoir s'il y a un risque potentiel à sa vacciner mais personne ne le fait! Aucun médecin ne le fait car cela coûterait très cher à la Sécurité sociale de le faire.

"J'ai été vaccinée contre la rougeole, je l'ai quand même eue"

Demain si mes enfants me demandent pourquoi on ne les a pas vaccinés, mon discours sera de leur dire 'Regardez combien de personnes ayant été vaccinées ont quand même été malades'. Moi, j'ai été vaccinée contre le ROR (Rougeole, oreillons, rubéole), j'ai quand même eu la rougeole. Je pars du principe que la vaccination est une croyance. On n'a aucune preuve de quoi que ce soit. Une de mes amies, après avoir fait vacciner son enfant, a demandé à ce que soit vérifié s'il était protégé contre ce contre quoi il a été vacciné. Tout est à zéro, c'est comme s'il n'avait pas été vacciné et pourtant il l'est.

On est tous différents, chaque système immunitaire est différent. Certaines personnes peuvent être immunisées naturellement contre certaines maladies. Pourtant, on fait un vaccin pour toute la population. Il y a donc un problème. C'est pareil, pour qu'un enfant entre à l'école, il faut qu'il soit vacciné mais les parents, eux, n'ont aucune visibilité pour savoir si les enseignants le sont. On ne peut pas le vérifier. Là encore ça pose problème."

propos recueillis par Maxime Ricard