RMC

Temps de parole d'Eric Zemmour: "Moi aussi, je veux bien une heure d'antenne sur Cnews", tacle Nicolas Dupont-Aignan

Les prises de parole d'Eric Zemmour portant sur "le débat politique national" feront l'objet d'un décompte, selon la décision publiée mercredi par le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

On ne sait toujours pas s’il sera candidat à la présidentielle en 2022, mais ce qui est certain, c’est que désormais, le temps de parole d’Eric Zemmour sera décompté comme il l’est pour les autres candidats.

Au regard des récents développements, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a considéré qu'Eric Zemmour pouvait être regardé dorénavant, tant par ses prises de position et ses actions, que par les commentaires auxquels elles donnent lieu, comme un acteur du débat politique national", a argué le régulateur de l'audiovisuel cette semaine. Or la loi du 30 septembre 1986 prévoit la prise en compte des interventions des personnalités politiques, rappelle le CSA.

>> A LIRE AUSSI - Sur RMC, Nicolas Dupont-Aignan dénonce le "coup d'état sanitaire" d'Emmanuel Macron après les mesures liées à la vaccination

Une décision contestée par le polémiste, mais qu’un autre candidat de droite à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, juge plutôt normale.

"Je suis ravi de l'entendre, j'aime beaucoup ce qu'il dit, c'est un polémiste de talent. Mais quand je le vois coller des affiches dans toute la France et qu'il cherche des parrainages, je me dis que moi aussi, je veux bien aussi une heure d'antenne sur Cnews. Car moi aussi, je suis candidat et qu'on me met avec lui dans les sondages. Éric Zemmour va le comprendre", explique Nicolas Dupont-Aignan sur RMC ce vendredi.

Une question de "justice"

Il estime par ailleurs qu'Eric Zemmour, qui sort un nouveau livre le 16 septembre prochain, doit faire preuve de transparence et dire si oui ou non, il souhaite être candidat à la présidentielle.

“Si on veut que la compétition soit fair-play et honnête, il faut qu'Éric Zemmour dise s'il est candidat ou pas. S'il ne l'est pas candidat, il peut s'exprimer sur Cnews comme journaliste. Mais s'il est vraiment candidat, c'est d'une injustice incroyable à l'égard des autres. Je demande de la justice", explique le président de Debout la France.

Malgré la décision du CSA, le polémiste conserve pour l’instant son émission sur la chaîne Cnews. Le chroniqueur sera bien à l'antenne dès 19 heures aux côtés de Christine Kelly dans l'émission "Face à l'info", a déclaré à l'AFP la chaîne du groupe Canal+, confirmant une information du quotidien Le Parisien. "Nous sommes très surpris par la décision du CSA, car à date, il ne s'est pas déclaré candidat à l'élection présidentielle. Nous nous laissons le droit de commenter la décision du CSA ultérieurement", a-t-elle ajouté.

Guillaume Descours