RMC

Nicolas Dupont-Aignan: "J’ai proposé une primaire avec Eric Zemmour, Marine Le Pen, Bruno Retailleau mais ils ont refusé"

Le président de Debout la France a confirmé sa participation à la présidentielle de 2022 ce lundi dans les Grande Gueule.

Il sera candidat à la présidentielle en 2022. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France était l’invité du Grand Oral des Grandes Gueules ce lundi. Il a confirmé sa participation au premier tour.

“J’ai proposé une primaire patriote et républicaine ouverte avec Eric Zemmour, Marine Le Pen, Bruno Retailleau, moi, et d’autres. Ils ont refusé pour l'instant donc c’est premier tour qui départagera. Mais il ne faut pas oublier qu’au premier tour, il faut qu’il y ait des candidats, il faut qu’il y ait de la diversité, sinon les Français n’iront pas voter. On nous enferme dans ce second tour écrit d’avance, mais je n’y crois pas”, assure-t-il.

"Les gens ne le considère plus comme un président"

Il ne se montre pas tendre, comme à son habitude, avec Emmanuel Macron, qu’il juge en partie responsable de la montée de la colère et de la violence dans le pays.

“Quand un chef de l’Etat fait le clown dans les salons de l’Elysée avec des youtubeurs qui sont des vieux-jeunes pour dire putain à tous les mots, quand un président de la République pendant des années abaisse la fonction, alors les gens ne le considère plus comme un président de la République. Ça ne justifie pas la gifle, je l’ai condamné. Mais vous imaginez le général De Gaulle giflé?”, demande-t-il.

>> A LIRE AUSSI - L'échange tendu entre Jean-Jacques Bourdin et Nicolas Dupont-Aignan sur la vaccination

Il affirme que la colère des Français n’est pas forcément nouvelle, mais qu’elle est en train de monter, car les Français se rendent compte qu’ils ont toujours face à eux la même communication. “Quand tout est communication et pas acte, quand tout n'est que discours et pas action, à un moment, les gens n'en peuvent plus. Et il y a deux façons de ne plus en pouvoir. Il y a ceux qui s’abstiennent, et là, ça va être un désastre aux régionales je pense, et il y a ceux qui basculent dans un peu de violence”, estime-t-il. 

Guillaume Descours