RMC

Grève à la SNCF: Jean-Baptiste Djebbari "espère une sortie de conflit" ce mercredi

Invité d'"Apolline Matin" ce mercredi sur RMC, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari "espère une sortie de conflit" dans la journée, afin que la grève à la SNCF ce week-end soit évitée.

Des appels à la grève ont été lancés sur différents réseaux SNCF, dont les TGV Sud-Est et Sud-Ouest pour le premier week-end des vacances de Noël. Les syndicats réclament l'amélioration des conditions de travail, des embauches pour pallier des effectifs insuffisants, des hausses des salaires ou encore "une prime Covid".

>> A LIRE AUSSI - SNCF: multiples préavis de grève pour le premier week-end des vacances de Noël

Djebbari: "C’est un souhait réaliste et honnêtement c’est une nécessité"

Les préavis de grève déposés par l'UNSA, Sud Rail et la CGT courent de jeudi 19h à lundi 8h du matin. Sur RMC, mardi, Fabien Villedieu, représentant Sud-Rail, assurait que les cheminots n’avaient pas d’autres choix que “faire grève pour se faire entendre”.

Invité d’Apolline de Malherbe ce mercredi matin, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a dit espérer une sortie de crise d’ici la fin de la journée.

“Il y a eu des discussions mardi qui vont se poursuivre ce matin (mercredi). J’ai eu l’occasion d’en parler hier soir avec la direction de la SNCF. J’ai aussi eu un des leaders syndicaux qui a dit espérer une sortie de conflit en fin de matinée. C’est en tout cas le souhait que j’ai. Ce sujet du jour porte sur la prime Covid dû à la moindre activité de la SNCF. Jean-Pierre Farandou, le patron de la SNCF, a fait des nombreuses annonces sur le sujet ces dernières semaines, il a déjà pris des actes. C’est pour ça que moi, j’espère qu’on va vers une sortie de conflit d’ici la fin de journée. C’est un souhait réaliste et honnêtement c’est une nécessité”, explique-t-il.

Plus d'un train sur deux en cas de grève

Selon lui, cette grève arriverait au plus mauvais moment entre les vacances scolaires, la période des fêtes mais aussi l’ouverture à la concurrence sur certaines lignes.

“Je le dis avec beaucoup d’affection pour la SNCF, pour tous les cheminots et cheminotes, ce serait un sacré cadeau fait à un opérateur étranger qui arrive sur le Paris-Lyon en concurrence, ce week-end, que de faire une grève au moment où les Français qui sont fatigués, ont envie de retrouver les leurs, de se projeter dans leur voyage en toute sérénité. Ce n’est pas du chantage que je fais, c’est un appel à la sérénité”, assure-t-il. 

Le ministre a tout de même tenu à rassurer les Français en assurant qu'il y aura bien des trains pour partir en vacances.

"Le sujet, c’est de savoir combien. On saura en fin de journée exactement ce qu’il en sera. En tout cas, ce sera plus que ce qui a été annoncé par le représentant de la CGT. Il y aura plus d’un train sur deux, en tout cas plus d’un train sur cinq”, indique-t-il.

Il assure que les deux parties, syndicats et patronats, sont engagées pour trouver une solution. "Les syndicats sont responsables, ils savent très bien que c’est un week-end important pour les Français, que les Français sont fatigués par deux années Covid quasiment et qu’ils comptent sur la SNCF pour répondre présent. Pour le reste, on a une direction de la SNCF qui est complètement engagée jour et nuit pour trouver une solution", assure-t-il

Guillaume Descours