RMC

Grèves dans les transports: "Ce sera un jeudi de galère" prévient Clément Beaune

Ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune appelle les usagers des transports en commun à privilégier le télétravail ou reporter leurs déplacements ce jeudi, face aux grèves attendues contre la réforme des retraites.

C’est le coup d’envoi de la mobilisation syndicale contre la réforme des retraites. Et les trains, bus, métros ou encore RER risquent d’être très rares dans les grandes agglomérations... La situation devrait être "très difficile" dans les transports publics ce jeudi, a reconnu ce mardi le ministre délégué aux Transports Clément Beaune, appelant les usagers à différer leurs déplacements ou à télétravailler.

"Ce sera un jeudi de galère. (...) Ce sera un jeudi de fortes perturbations dans les transports", a prévenu Clément Beaune sur France 2. La SNCF et la RATP donneront leurs prévisions de trafic à partir de mardi soir.

"Je le dis pour ceux qui le peuvent: tout ce qui permet d'avancer ou de retarder un déplacement (...), de faire du télétravail quand c'est possible, est le bienvenu parce que ce sera un jeudi très difficile dans les transports publics", a-t-il ajouté.

"J'espère que ça ne durera pas, surtout", a ajouté Clément Beaune, se disant incapable de prévoir l'impact qu'une reconduction du mouvement ou de nouvelles actions pourraient avoir sur les départs des prochaines vacances de février.

Eviter le rush dans les stations-service

Le ministre a rappelé qu'il avait demandé aux directions des entreprises de transport d'"avoir un travail avec les organisations syndicales" pour "accompagner la réforme" des retraites en abordant "l'usure au travail, la pénibilité, les déroulements de carrière", afin de "faire baisser la tension dans les prochains jours".

Plus généralement, la majorité doit encore "expliquer le contenu de la réforme", qui a pour but de "sauver notre système de retraite", a estimé Clément Beaune.

A l'adresse des automobilistes qui se précipitent pour faire le plein par crainte d'une pénurie de carburant, "il ne faut pas prendre de mesures de précaution" car il n'y a actuellement aucun blocage, a-t-il insisté, alors que certaines stations sont déjà à sec.

LP avec l'AFP