RMC

"Il y a toujours incompréhension entre grévistes et non-grévistes": après 40 jours de grève, Vincent raconte les coulisses de la SNCF

Le trafic à la SNCF et à la RATP connaîtra une nouvelle amélioration mercredi, au 42e jour consécutif de la grève contre la réforme des retraites, ont annoncé les deux groupes de transports publics mardi. Vincent, non-gréviste, raconte sur RMC la reprise progressive du travail.

Vincent, 54 ans, est contrôleur SNCF. Il ne fait pas grève car financièrement il ne le pourrait pas et puis par principe, dit-il, celui d'assurer un service public.

Cette semaine est charnière, selon lui, il voit de plus en plus de grévistes reprendre le travail: "Ils reprennent petit à petit le boulot parce qu'ils sont comme tout le monde, il faut qu'ils mangent. L'aspect financier joue, c'est certain. Il y a peut-être aussi un certain découragement parce qu'après 40 jours, rien ne bouge". 

Vincent décrit une relation délicate entre grévistes et non grévistes, après 40 jours de grève. "Personne ne pose la question: 't'as fait combien de jours de grève?' C'est tabou. Il y a une incompréhension entre ceux qui font grève et les non-grévistes. C'est pour ça qu'ils sont souvent appelés les jaunes, les casseurs de grève".

Le taux de grévistes à la SNCF était hier de 6 %, au premier jour de la grève, il était de 55,6 %.

Rémy Ink (avec C.P.)