RMC

Les petits excès de vitesse trop sanctionnés? "Une pompe à sous", dénonce une sénatrice

Alors que la majorité des contraventions pour excès de vitesse concerne des dépassements de moins de 5km/h, la sénatrice LR Françoise Dumont appelle sur RMC à des sanctions plus graduées.

58%. C'est la part des contraventions pour excès de vitesse dressées pour des dépassements de moins de 5km/h en 2020, selon le chiffre du ministère de l'Intérieur révélé par Le Point. Pour certains automobilistes, l'amende de 68 euros et le retrait d'un point du permis de conduire qui découlent de ces petits excès sont "rageants".

"Pour 2-3 km/h de différence c'est rageant et c'est dommage de ne pas avoir de recours, on pourrait essayer de se justifier" témoigne Caroline au micro de RMC. Romuald, qui enregistre 70.000 kilomètres à son compteur par an, dénonce quant à lui un "acharnement".

"En moyenne, je me fais attraper je dirais deux fois par année, ce qui engendre deux retraits de points en moyenne, mais c'est jamais des gros excès de vitesse", explique ce conducteur de travaux avant de poursuivre: "C'est de notre faute parce qu'on roule trop vite, mais je trouve que c'est quand même abusé, c'est pas nous le problème, pour 7km/h. Les endroits accidentogènes devraient être plus réglementés plutôt que de mettre des radars à des endroits où ils sont juste là pour nous prendre de l'argent".

Mais en réalité, les radars appliquent déjà une marge technique de 5km/h, donc les excès de vitesse sanctionnés sont déjà supérieurs à 5km/h. "En ville ça change radicalement les choses parce que 10 km/h de plus c'est autant de mètres de plus qu'on mettra à s'arrêter. L'enfant que vous allez éviter à 48 km/h vous ne l'éviterez peut-être pas à 55" prévient Vincent Julé-Parade, avocat spécialisé dans la défense des victimes d'accidents de la route.

"Une pompe à sous"

La sénatrice LR du Var Françoise Dumont dénonce de son côté une politique du "tout-radar" qui est une "pompe à sous". Si elle reconnaît que ce sujet est "important", elle appelle à mettre en place une réponse "graduée".

"La politique de prévention a bien fonctionné, il faut le saluer. Mais il faudrait peut-être faire un geste pour ces conducteurs qui ne sont pas tous des chauffards ou des dangers sur la route. [...] Il faudrait peut-être une réponse graduée avec d'abord un courrier de mise en garde, et la deuxième fois une sanction", propose la sénatrice sur RMC ce vendredi matin.

Elle souligne aussi que "la majorité des infractions sont réalisées hors agglomération, c'est-à-dire dans des territoires où la mobilité est difficile, où on a besoin de son véhicule pour travailler, et pour vivre tout simplement" et qu'une amende 68 euros représente alors "un plein d'essence ou un gros sac de course".

En parallèle à une graduation des sanctions, Françoise Dumont appelle à "une meilleure signalisation sur nos routes", un positionnement "plus stratégique" des radars et une augmentation "des contrôles et contraventions sur les conduites sous l'emprise d'alcool et stupéfiants, qui sont des comportements intolérables".

En 2020, ce sont plus de 7 millions de contraventions qui ont été dressées pour des excès de vitesse compris entre 1 et 5 km/h.

Emilie Roussey avec Alfred Aurenche