RMC

"Notre fils était en pronostic vital engagé": la colère du papa de Léon, bébé prématuré, refusé d'un vol Air France

TEMOIGNAGE RMC - Léon, 3 mois et deux semaines, n'a pu embarquer sur un vol Nice-Paris où il devait se faire opérer des yeux. La raison? L'absence de carte d'identité, demandée par Air France à tous les nourrissons de plus de trois mois.

C'est une histoire à peine croyable. Léon est né 4 mois avant le terme. À sa naissance, le 27 juillet à Nice, il ne pèse que 530 grammes. Il n'a, depuis, jamais quitté l'hôpital. 

Après de longues semaines en soins intensifs, à l'âge de trois mois et deux semaines il doit impérativement partir de Nice et se rendre à Paris pour se faire opérer des yeux, fragiles en raison de sa grande prématurité.

Mais au moment d'embarquer pour rejoindre la capitale, l'accès à l'avion lui est refusé, faute de carte d'identité. 

"La vue de notre enfant est clairement en jeu et nous on se prend la tête sur un carte d'identité ou pas. Notre fils était en pronostic vital engagé pendant près d'un mois et on n'avait absolument pas la tête à faire des papiers. On a fait le strict minimum, le déclarer en mairie", raconte à RMC, Nicolas, le père de Léon.

10h d'ambulance au lieu d'une heure de vol

"Un nourrisson entouré de personnel hospitalier avec sa maman, il peut prendre l'avion avec un acte de naissance, ou alors l'acte de naissance ne sert plus à rien, c'est surtout ça qu'on n'a pas compris".

La compagnie est dans son droit. Air France demande des documents d'identité pour les enfants de plus de trois mois, alors que Léon est âgé de trois mois et deux semaines. 

Nicolas et sa femme veulent alerter pour éviter que d'autres parents se retrouvent face aux mêmes difficultés. Le nourrisson, lui, est finalement arrivé à Paris en ambulance, après 10h de route, au lieu d'une heure de vol. Il va bien et doit être opéré mardi prochain.

>> A LIRE AUSSI - "On a du plaisir dans l'acte de chasse": la phrase polémique de Willy Schraen sur la "régulation" sur RMC.

Le père de Léon assure que "plusieurs courriers ont été adressés au maire de Nice Christian Estrosi et au ministère de la Santé" pour que "ce genre de cas ne se reproduise plus pour les autres parents".

Pour sa part, le service de presse d'Air France précise qu'"Il n’y a eu aucun refus d’embarquement. Le transport du bébé était prévu le 9/11, le voyage a été annulé à la demande du CHU qui avait déjà procédé au transport par voie terrestre pendant le week-end. Air France était prête à demander une dérogation auprès des autorités sur les pièces d’identité à fournir pour permettre à l’enfant de voyager en avion, à la date prévue ou de manière anticipée".

Martin Bourdin et Alfred Aurenche (avec G.D.)