RMC

Paris sans voiture: "On aimerait que ce soit comme ça tous les jours"

Ce dimanche, a lieu la troisième édition de la journée sans voiture à Paris. Une initiative qui a pour but de réduire la pollution atmosphérique et de sensibiliser les habitants de la capitale.

Ce dimanche, la capitale célèbre la troisième édition de l'opération "Paris sans ma voiture". De 11 heures à 18 heures, les véhicules et deux-roues motorisés ont l’interdiction de circuler dans l’ensemble de Paris intra-muros. Près de 1 000 agents, des barrières et des barrages filtrants ont été déployés aux portes de Paris pour sanctuariser la capitale, qui restera toutefois accessible aux véhicules de secours, titulaires de la carte handicap, livreurs, taxis et bus.

Cette initiative, dont l'objectif est de réduire la pollution atmosphérique, semble faire l'unanimité auprès des piétons. "Je pense que c'est une très bonne idée. Si on pouvait l'élargir à d'autres jours de la semaine, ce serait encore mieux", estime une passante. "Il faudrait que ce soit tous les jours, ou alors une journée sur deux déjà pour commencer. C'est un début", lance une autre.

Pour Idir, chauffeur de taxi, cette opération est une aubaine. "C'est une très belle journée! J'aimerais bien que ce soit comme ça tous les jours. On va pouvoir travailler tranquillement, sans klaxon. C'est parfait pour visiter Paris!", assure-t-il.

Une pollution en baisse de 35%

L’an dernier, sur l’avenue des Champs-Elysées, cette journée sans voiture avait permis de diminuer la pollution atmosphérique de 35%. Tout au long de ce dimanche, l’organisme indépendant Airparif va une nouvelle fois mesurer la qualité de l’air dans la capitale. 

"En Ile-de-France, nous avons plusieurs stations de mesure. Certaines sont éloignées des sources émettrices pour voir la situation de fond, et d'autres sont installées près des sources directes d'émission, à proximité du trafic routier. Des têtes de prélèvement aspirent l'air extérieur qui rentre ensuite dans nos machines qui analysent les différents polluants qu'il contient", explique Charlotte Songeur, ingénieur au service communication d’Airparif.

Paris n’est pas la seule ville dans le monde à forcer ses habitants à abandonner leurs véhicules le temps d’une journée. New York, Bruxelles ou encore Casablanca ont en effet déjà organisé des opérations similaires.

N. Traino avec M. Rostagnat