RMC

Un collectif de riverains remontés contre la présence de migrants: "Détritus, urine… C'est impossible à accepter"

Des migrants attendant devant la plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (PADA), à Paris, exaspèrent des riverains.

Pour la journée internationale des migrants, un rassemblement de riverains est prévu lundi soir à 19h, dans le 10ème arrondissement de Paris, devant l'entrée de la Plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (PADA), boulevard de la Villette.

Cet endroit a été surnommé par les habitants le "trottoir des 40 000". Depuis près de 2 ans, selon les voisins, ce sont près de 40 000 personnes qui ont dormi, parfois plusieurs nuits d'affilée sur une centaine de mètres de ce boulevard. Tous attendent ici un rendez-vous pour obtenir leur demande d'asile.

Les riverains, eux, n'en peuvent plus et se sont regroupés en collectif. "Tous les jours, on a des personnes qui attendent dans la file, explique Pierre Vuarin, leur porte-parole. Mais comme ils ne peuvent pas la quitter, là, c'est des détritus, de l'urine… C'est impossible à accepter".

"Les humains sont traités comme des animaux"

Les migrants dorment sur ce trottoir afin d'obtenir un rendez-vous pour leur demande d'asile. Mohammed, originaire du Mali, réclame de meilleurs conditions d'accueil. "Je suis là pour demander l'asile. Je n'ai reçu que des traitements inhumains. Dormir sur le trottoir, sous la pluie… Les humains sont traités comme des animaux. C'est une honte pour la France, c'est une honte pour le président Macron".

L'Etat a promis de déménager la structure d'ici la fin de l'année, assure Alexandra Cordebard, la maire du 10e arrondissement de Paris. "Mon rôle est de continuer à demander aux services de l'Etat cette relocalisation. Je suis persuadé que nous pouvons trouver à Paris un lieu adéquat qui puisse permettre que ce service soit rendu dans de bonnes conditions". Si rien n'est fait, les riverains menacent d'entamer une grève de la faim.

Nicolas Roppert (avec A.M.)