RMC

Auto: bientôt une boîte noire dans notre voiture

Comme pour les avions, les boîtes noires vont bientôt s'installer dans nos voitures. Ce sera bientôt une obligation pour tous les nouveaux modèles de véhicules qui arrivent sur le marché. Mais qu'est-ce qu'une boîte noire? Comment ça fonctionne?

C'est une obligation qui a été votée en 2019 par le Parlement européen. Désormais votre voiture neuve sera équipée d'un "enregistreur de données d’événement". Bref, une boîte noire, comme sur les avions,. C’est un boîtier connecté, qu’il faut bien qualifier de mouchard. Une puce électronique qui va enregistrer la vitesse de la voiture, les phases d’accélération, de freinage, les informations sur les phares, les clignotants, mais aussi le port de la ceinture de sécurité, le déclenchement des airbags ou encore les coordonnées GPS.

Analyser les accidents

En cas d’accident, toutes ces données peuvent être lues par la police et être utilisées pour analyser les accidents, déterminer les responsabilités. Il y a quelques différences avec celles utilisées sur les avions. En effet, les conversations ne seront pas enregistrées, ces boîtes sont "sourdes" et l’enregistrement ne se fait pas en continu: les anciennes données sont sans cesses écrasées par les nouvelles, et c’est seulement en cas d’accident qu’on va les conserver de 30 secondes avant à jusqu’à 30 secondes après l’accident.

L’objectif est de dissuader les mauvais conducteurs. Ce système pourrait permettre de réduire de 20% le nombre de décès sur les routes de l’Union européenne. En tout cas c’est l’objectif. Comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis où l’on utilise ces dispositifs depuis plus de 5 ans. Il permettra aussi de surveiller les constructeurs: parmi les données qui remonteront, il y aura celles des émissions polluantes. On pourra donc vérifier si elles sont conformes à ce qui est promis "sur le papier". 

>>> Retrouvez les chroniques d'Anthony Morel en podcast

Les limites d'un système

Le système a quand même des limites: la boîte noire ne peut pas savoir si le conducteur a bu ou s'il est en train de taper un SMS, qui sont deux facteurs d’accident énormes. La boîte ne peut pas non plus prévenir un accident, c’est un système complètement passif qui a un seul but dissuasif mais qui va vite se faire oublier.

A terme, ce sont donc d’autres mouchards qui sont à prévoir, comme les ethylotests qui empêchent le démarrage en cas d’alcoolémie trop élevée, ou encore les dashcams, des caméras qui filment l’intérieur de l’habitacle pour savoir ce que vous êtes en train de faire. ou encore des systèmes antisomnolence, capables d’analyser si vous êtes en train de piquer du nez.

Avis aux petits malins : impossible de désactiver cette boîte noire, elle est scellée et il sera situé à un endroit inaccessible pour le propriétaire de la voiture. A noter aussi que ces boîtes noires sont déjà installées dans certaines voitures en circulation. Il suffira d’une simple mise à jour logicielle pour les activer en cas de besoin, même si ce n’est pas d’actualité pour l’instant. 

Des voitures plus chères?

Cette boîte noire reste tout de même une forme de flicage. En théorie, les données ne pourront pas être transmises, et donc pas exploitées par les compagnies d’assurance. Par ailleurs, on pourrait croire que l’installation de ce dispositif va faire baisser les prix des assurances, puisque ça va collectivement nous inciter à une conduite plus vertueuse.

En fait, à écouter les professionnels du secteur, ça n’aura aucun impact à court terme. D’abord parce que les premiers résultats sont attendus au mieux en 2027, le temps que la technologie se déploie réellement. C’est même plutôt l’inverse qui est à prévoir, car tous ces équipements de surveillance vont faire augmenter le prix des voitures neuves, et donc mécaniquement celles des primes d’assurance.

Anthony Morel (avec MM)