RMC

Notre-Dame de Paris: une visite virtuelle dans le passé et dans le présent

Trois ans jour pour jour après l'incendie de Notre-Dame de Paris, il est toujours impossible de visiter ce joyau de notre patrimoine. Sauf en mode virtuel.

La technologie est un outil génial pour sublimer et faire vivre notre patrimoine. Le cas de Notre-Dame de Paris est un exemple parfait pour ça. Il y a deux manières très innovantes de se plonger virtuellement dans Notre-Dame de Paris, puisqu’on ne peut plus la visiter "en vrai".

La première, c’est cette exposition gratuite qui se tient jusqu’au mois de juillet au collège des Bernardins à Paris qui utilise le potentiel incroyable de la réalité augmentée pour nous faire visiter la cathédrale à travers l’histoire, jusqu’au chantier après l’incendie. C'est presque comme si on y était.

Une téléportation dans l'histoire

La visite se fait avec une tablette (baptisée "histopad") dans les mains vous la pointez devant vous sur des repères physiques (des bornes) qui reproduisent la structure de la cathédrale et vous vous retrouvé téléporté dans une reconstitution historique à 360 degrés: la pose de la première pierre, la visite du parvis au moyen âge en 3D, le sacre de Napoléon, la procession des saintes reliques par Saint Louis ou encore le mariage d’Henri IV…

Vous tournez sur vous-même, et l’image va s’adapter, comme si vous tourniez le regard dans la cathédrale. Vous pouvez zoomer sur des détails pour avoir des informations et voir exactement la même scène, le même angle de la cathédrale, à différents moments de l’histoire y compris le chantier actuel sur lequel l’accent est mis avec les différentes étapes de la restauration. On montre le travail des différents corps de métier (forgerons, tailleurs de pierre, charpentiers, maîtres verriers), de manière totalement immersive.

>>> Retrouvez le podcast d'Anthony Morel sur le site et l'appli RMC

L'histoire comme dans un jeu vidéo

L’exposition a été inaugurée à l’exposition universelle de Dubai et elle va voyager un peu partout dans le monde. C'est un autre moyen de découvrir l’histoire et la patrimoine. Le même genre de de dispositif, qui consiste à superposer des scènes du passé, est développé par la startup française, Histovery, existe aujourd'hui aux châteaux de Chambord et d’Amboise ou encore au Pic du Midi.

En fait, on transforme l’histoire en une sorte de jeu vidéo. Ce sont des mécanismes proches de ceux du jeu vidéo (type point and click) qui permettent de découvrir l’histoire de manière plus immersive mais avec un souci de vérité historique puisque tout a été validé par un conseil scientifique.

Une visite immersive dans l'histoire

On peut pousser les choses encore plus loin grâce à la réalité virtuelle. Une startup qui s’appelle Flyview a mis au point une visite virtuelle complétement immersive. Elle se passe dans un grand bâtiment dans le centre de Paris. On vous invite à coiffer un casque. Vous êtes arnaché à un jetpack, un faux réacteur dorsal dans lequel on va envoyer de la poussée pour simuler le fait qu’on est en train de voler et vous voilà transporté à 360 degrés dans Notre Dame, avant et après l’incendie.

On survole la cathédrale, on lève la tête et on admire la hauteur de la nef, comme si on y était. On se balade dans le clocher, on admire les gargouilles, on observe le vide que représente la flèche de Viollet le duc, tombée lors de l’incendie. Des images filmées par un drone à l’extérieur et un robot à l’intérieur. C’est presque comme si on y était.

Des films des années 1900 en 4K

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, il existe un autre outil beaucoup plus accessible pour découvrir Notre Dame et plein d’autres endroits à la Belle époque, juste après l’invention de la première caméra argentique, grâce à l’intelligence artificielle. C’est le travail génial de Denis Shiryaev, un Youtubeur qui a récupéré, transformé et sublimé, les rares films d’époque, en très basse résolution et dont les détails - en noir et blanc - étaient assez flous, en film 4K en ultra haute définition. Le résultat est impressionnant. On y voit La Tour Eiffel fraîchement terminée, l’intervention des pompiers en calèche ou encore des enfants qui jouent au petit bateau au jardin du Luxembourg, avec une qualité d’image proche de celle que vous auriez avec votre smartphone.

On voit le détail des visages, des vêtements. Pour ça, il a utilisé des logiciels qui font tourner ce qu’on appelle des réseaux de neurones virtuels: c'est une intelligence artificielle capable d’affiner l’image, en "imaginant" ce qui se cache sous les éléments flous ("ça, c’est un vêtement", "ça c’est un visage") et en ajoutant des éléments par petites touches, comme un peintre, pour "fluidifier" et améliorer la netteté de l’image. Le résultat n’est pas parfait, mais il est quand même bluffant...

Anthony Morel (édité par MM)