RMC

Tente de dépistage attaquée: "Traiter un professionnel de santé de 'collabo', ça doit être condamnable", juge Frédéric Abecassis

-

- - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

En marge d'une manifestation anti-pass sanitaire à Montpellier ce samedi, les manifestants, s'en sont pris à un pharmacien. Une plainte va être déposée.

Nouveau week-end de manifestations contre le pass sanitaire en France ce week-end. Des rassemblements ont eu lieu dans de nombreuses villes. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, plus de 200.000 manifestants ont participé ce week-end. Des manifestations qui ne se sont pas toujours déroulées dans le plus grand des calmes.

>> A LIRE AUSSI - "J'ai peur d'être un cobaye": les manifestations contre le pass sanitaire s'étoffent chaque semaine

A Montpellier, des manifestants s’en sont pris à une tente de dépistage située devant une pharmacie. Les responsables de la pharmacie ont eux été traités “d’assassins” et de "collabos".

“Il y en a un qui a commencé à crier des slogans hostiles aux gens qui attendaient pour se faire tester et puis après, il y a eu un effet de masse. Ça a suivi et ça s’est amplifié. Le pharmacien était choqué comme nous tous professionnels de santé parce que depuis le début de la crise on est au-devant, on fait exactement ce que nous dit de faire, on essaye d’agir pour que les Français puissent retrouver des libertés. Et pendant une manifestation qui dégénère, on s’en prend à ces mêmes professionnels de santé. C’est le monde à l’envers”, estime Frédéric Abecassis, président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault ce lundi sur RMC.

Une plainte à venir

Une plainte va être déposée, et le syndicat va s’y associer.

“On ne peut pas laisser passer ce genre d’acte. Alors les actes matériels, c’est une chose, mais les paroles, traiter un professionnel de santé de “collabos”, ou “d’assassin”, tout simplement parce qu’il fait son métier, c’est absolument scandaleux, ça doit être condamnable”, appuie-t-il.

Il demande que les pharmacies soient sécurisées avec des présences policières accrues pendant les manifestations. “Nous sommes impliqués en première ligne de par les tests et les vaccinations”, précise-t-il.

Frédéric Abecassis a tout de même salué le soutien du ministre de la Santé, Olivier Véran qui s’est exprimé sur Twitter. "Ce pharmacien, chaque matin depuis un an et demi, se lève malgré la fatigue pour protéger et soigner vos parents, vos proches, vos voisins. Et même vous, qui l’insultez toute honte bue, s’il le fallait un jour”, a-t-il notamment indiqué.

Samedi soir, c'est en Martinique qu’une pharmacie a été la cible de manifestants. Un vaccinodrome et une pharmacie ont été incendiés lors d'affrontements entre une centaine de manifestants et les forces de l'ordre à Fort-de-France, au lendemain de l'instauration d'un nouveau couvre-feu, a-t-on appris dimanche de source policière et de la préfecture.