RMC

Des notes pour mesurer l'hygiène dans les restaurants: "la méthode n'est pas bonne"

Le site Alim'confiance, en ligne depuis ce lundi, permet de consulter les résultats des contrôles sanitaires effectués dans divers lieux dédiés à l'alimentation et la restauration. Des niveaux de notes qui déplaisent fortement à Jean Terlon, vice-président de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), et invité de 100% Bachelot.

Ce lundi, le ministère de l’Agriculture a lancé Alim’confiance. Ce site permet de connaitre les notes des contrôles sanitaires effectués par l’Etat sur les restaurants, abattoirs, supermarchés, cantines... Les notations se divisent en quatre smileys correspondant à "très satisfaisant", "satisfaisant", "à améliorer", "à corriger de manière urgente". Un type de notation qui ne plait pas du tout à Jean Terlon, vice-président de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). Il estime que cela sanctionnerait injustement des restaurants à l’hygiène irréprochable.

"Nous ne sommes pas contre, c’est simplement la méthode qui n’est pas bonne. Il faut savoir que l’hygiène dans un restaurant c’est un pré-requis. On considère qu’un restaurant qui n’a pas les conditions d’hygiène, ne doit pas être ouvert. Si les conditions d’hygiène et la façon de travailler sont correctes, il n’y a pas de raison de faire une stigmatisation. Nous avons réclamé depuis le début qu’il y ait soit un smiley disant que le restaurant est fermé, soit un autre où le restaurant est ouvert. Si vous mettez des intermédiaires, vous créez une suspicion, par exemple entre le "très satisfaisant" et le "satisfaisant"."

Pour Jean Terlon, le système de notation n’est pas le seul problème. Il explique que le nombre de contrôles étant trop faibles, il est difficile de les considérer comme des valeurs sûres. "Si un restaurant est ouvert, c’est qu’il a été contrôlé une ou deux fois. Simplement il faut savoir que les contrôles sur Paris et Aix-en-Provence n’ont lieux que tous les trois ans. D’ordinaire, un contrôle n’a lieu que tous les dix ans. Déjà qu’en un mois de temps, il peut y avoir des changements... De plus les gens ne savent pas ce qui est pris en compte pour les évaluations. On va prendre en compte l’établissement dans sa totalité. Par exemple, si vous avez un carreau de fendu dans la cuisine vous risquez d’être juste noté "satisfaisant"."

100% Bachelot avec A. B