RMC

"Expliquez-nous": pourquoi l'Italie est-elle si durement touchée par le coronavirus ?

L’Italie prend des mesures drastiques contre le coronavirus. Notamment la fermeture de toutes les écoles du pays. Mesure annoncée alors l’Italie est devenu le troisième foyer d’infection dans le monde.

L’Italie est le troisième foyer derrière la Chine et la Corée-du-Sud, mais le deuxième derrière la Chine si on s’en tient au nombre de décès. Et si on regarde sur les dernières 24 heures, l’Italie est même le pays du monde ou le coronavirus a fait le plus de morts : 42 morts en Italie, 31 en Chine Le dernier bilan pour la péninsule est de 148 morts, contre 7 en France. Ça fait 20 fois plus en Italie qu'en France avec une population à peu près égale. Et pour les cas détectés, 3858 cas contre 423 en France. C’est 9 fois plus chez nos voisins que chez nous. 

Le président du conseil a donc annoncé une série de mesures spectaculaires. Fermeture de toutes les écoles, tous les collèges les lycées et les universités. Dans les 20 régions italiennes, y compris dans les 14 régions où l’on compte zéro mort, ainsi qu'en Sardaigne ou en Calabre où l’on compte seulement deux cas.

La décision de fermer tout le système scolaire pour au moins dix jours a été défendue par la jeune ministre de l’éducation, Lucia Azziola du mouvement populiste 5 étoiles contre l’avis d’un comité d’experts. Ces experts estimaient que si les écoles fermaient, les enfants seraient souvent confiés à leurs grands-parents. C’est-à-dire à la population la plus fragile. La fermeture des écoles peut aussi entraîner l’impossibilité d’aller travailler pour le personnel soignant obligé de garder les enfants. Cela fait débat, mais la décision a été prise, pas d’école au moins jusqu’au 15 mars. 

Le gouvernement a aussi annoncé la fermeture de la plupart des lieux de loisirs. Les cinémas, les théâtres, les piscines, les salles de sports, les stades aussi, tous les matchs du Calcio auront lieu à huis clos jusqu'à nouvel ordre. Il a aussi été question de conseiller à tous les plus de 70 ans de ne plus sortir de chez eux. Mais finalement, le décret ne l’indique pas. 

Vieillissement de la population

Mais la conséquence de tout cela, c’est que le pays est désormais à l'arrêt. Rome la capitale ressemble de plus en plus à une ville morte, en tout cas une ville endormie. Il n’y a même plus de bouchons. Alors que l’on a compté à Rome, sept cas et aucun mort. Quant aux conséquences pour l'économie, elles ne sont pas encore mesurables, mais elles seront énormes. L’Italie a déjà prévenu Bruxelles que les déficits ne seront pas tenus. 

Pourquoi l’Italie est beaucoup plus touchée que les autres pays européens? C’est la grande question, et il n’y a pas de réponse satisfaisante. Seulement des éléments de réponses. On a d’abord cru qu’il y avait plus de cas en Italie qu’ailleurs, parce que l’on y pratique plus de tests qu’ailleurs. Forcément plus on teste, plus on trouve. Et en ce moment en Italie, environ 2000 personnes sont testées chaque jour. 11.000 en une semaine. C’est beaucoup. Cela peut expliquer l’augmentation du nombre des cas détectés. Mais pas l’augmentation du nombre de morts, ni des personnes hospitalisées. Il faut donc chercher ailleurs.

Une explication plus convaincante, c’est que l’Italie à la population la plus vieille d’Europe. La deuxième plus vieille du monde derrière le Japon. Un Italien sur quatre a plus de 60 ans. L'âge médian est de 47 ans, contre 42 en France. Et l’on sait que le taux de mortalité augmente considérablement avec l'âge. Mais l'âge de la population italienne ne suffit pas à tout expliquer. Il reste encore aujourd’hui une grande part de mystère.

Le patient numéro un italien identifié

Le patient zéro, c’est-à-dire le tout premier, n’a toujours pas été identifié. Cela n’a sans doute plus beaucoup d’importance, mais en revanche en Italie tout le monde connaît le patient numéro 1. Il s’appelle, Mattia, c’est un cadre de 38 ans qui travaille dans une entreprise internationale à Codogno en Italie. On sait qu’il a contaminé sa femme, enceinte, elle a guéri depuis. Il a aussi transmis le virus à son médecin qu’il l’a transmis à plusieurs malades de l'hôpital qui eux même l’ont transmis à leurs entourages. Ce cadre a aussi contaminé les membres de son club de sport et les clients du bistrot où il a ses habitudes. Mais aussi les participant d’un semi-marathon à Porto Fino. Bref les épidémiologistes estiment qu'à lui tout seul, Mattia est à l’origine de la majorité des contaminations dans le pays. Et peut-être même de toutes ! Mais on n’a pas trouvé comment lui l’avait attrapé.

La semaine dernière des chercheurs ont isolé la souche du virus qui sévit en Lombardie et dans toute l’Italie. Le virus qui apparemment peut être différent d’un pays à l’autre. Et ce sont trois chercheuses de l'hôpital Sacco de Milan qui ont isolé la souche italienne à partir des tissus de malades infectés en Lombardie. Ces trois jeunes femmes ont été interviewées dans la presse. On a appris au passage qu’aucune des trois ne gagnaient plus de 1200 euros par mois. L’Italie, comme la France a un très bon système de santé, avec des gens formidables et de très petits salaires.

Nicolas Poincaré