RMC

29% des parents ne feront pas de cadeaux à leurs enfants à Noël: "Le cadeau, ce sera le chauffage", regrette Mourad Boudjellal

Plus d'un tiers des Français ne se réjouit pas de cette période de Noël: il y a des parents qui ne peuvent pas offrir un cadeau à leur enfant. Dans "Les Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC, Mourad Boudjellal n'était malheureusement pas surpris.

C’est censé être la période de l’année la plus festive. Le temps des retrouvailles en famille, des repas et des cadeaux. Pourtant, pour certains Français, la magie de Noël n’existe plus. La faute notamment aux difficultés économiques qu’ils connaissent.

Selon un sondage IFOP publié le jeudi 2 décembre sur le site de l’association "Dons solidaires", et repéré par France Info, une personne interrogée sur trois se dit “attristée” ou “inquiète” à l’évocation des fêtes de fin d’année.

>> A LIRE AUSSI - Fêtes de Noël: un tiers des Français angoisse des rassemblements en famille

Toujours selon ce sondage, 29% des parents disent qu’ils ne pourront pas faire de cadeau à leurs enfants cette année. Un chiffre en forte hausse puisqu’il était de 20% l’année dernière.

“Qu’est ce qu’il reste aux Français qui travaillent pour le SMIC ou à peine plus pour vivre? Les gens n’ont plus les moyens de survivre, de payer leurs factures. Avant, les gens étaient à découvert à la fin du mois, maintenant, ils sont à découvert le 10 du mois. Et moi, que des enfants n’aient pas de cadeau, ça m’attriste, ça me fend le cœur”, affirme Kaouther Ben Mohamed dans les “Grandes Gueules” ce vendredi sur RMC.

Inquiétude à cause de la situation sanitaire

Un propos qu’abonde Mourad Boudjellal, qui estime lui que pour certains Français, “le cadeau cette année, ce sera de pouvoir se chauffer au mois de décembre”.

Pourtant, pour Stella Kamnga, si un enfant n’a pas de cadeau à Noël, ce n’est pas la fin du monde. Il y a d’autres priorités selon elle.

“L’esprit de Noël s’est perdu depuis des années. L’esprit familial, où on se retrouvait. Maintenant Noël, c’est du commerce, c’est de la publicité, c’est acheter un pour en avoir deux, c’est les boules, c’est plus de plastique…”, regrette-t-elle.

Outre le pouvoir d’achat, le contexte sanitaire après deux ans de pandémie et l’arrivée de la cinquième vague inquiètent également les Français, qui espèrent pouvoir se retrouver en famille pour les fêtes. 

Guillaume Descours