RMC

Allocution d'Emmanuel Macron: "C'est une grande victoire pour les gilets jaunes"

A quelques heures du "grand oral" d’Emmanuel Macron, les Grandes Gueules sont revenues sur l’importance d’un tel exercice compte tenu des attentes des Français. Pour Etienne Liebig, peu importe le contenu de l’allocution, la simple prise de parole du président est déjà une victoire pour les "gilets jaunes".

Jour J pour le "grand oral" d’Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat livre ce jeudi devant la presse, ses réponses au grand débat, pour tenter d'éteindre la crise des "gilets jaunes" et relancer son quinquennat à un mois des élections européennes.

A 18 heures, le président prendra place face à plusieurs centaines de journalistes dans la salle des fêtes de l'Elysée pour y dévoiler les enseignements tirés du grand débat qu'il avait lancé le 15 janvier.

"Quelles que soient les annonces il va entraîner un train de déceptions"

"C'est un exercice impossible": Etienne Liebig est plutôt pessimiste quant à l’issue du "grand oral" d’Emmanuel Macron. Pour notre "grande gueule", peu importe le contenu de l’allocution, il apportera obligatoirement son lot de déceptions.

"On trouve de tout dans les revendications des 'gilets jaunes' (…) Chacun arrive en disant moi, je sais ce que sont les revendications des 'gilets jaunes'. Le président, quelles que soient les annonces qu’il va faire, va entraîner un train de déceptions. Je vois déjà ce que les gens et les journaux vont dire demain: c’est des mesurettes, on ne s’attendait pas à ça".

"Ça a obligé le président et le gouvernement à réfléchir différemment"

Pour autant, Etienne Liebig l’affirme: cette prise de parole, constitue "une grande victoire pour les 'gilets jaunes'".

"Cette colère populaire a fait bouger les lignes et pour la première fois depuis très longtemps, depuis 1968 probablement, que les lignes politiques sont bousculées par les gens dans la rue. Il n’y a pas de réponse idéale mais ça a obligé le président et le gouvernement à réfléchir différemment".
Les Grandes Gueules (avec Caroline Petit)