RMC

Bonheur au travail: "En entreprise, on est là pour travailler pas pour être heureux"

-

- - -

L’économiste, Nicolas Bouzou était l’invité des Grandes Gueules ce lundi 24 septembre pour présenter son livre, "La comédie (in)humaine. Comment les entreprises font fuir les meilleurs", où il critique sévèrement les techniques managériales.

La vie en entreprise est un enfer pour les salariés. C’est en tout cas le constat que tire l’économiste, Nicolas Bouzou dans son nouvel ouvrage. En effet une enquête Ifop l’affirme, près de 7 salariés sur 10 affirment que leur travail n’est pas une source de bonheur.

"Les entreprises essayent de motiver les salariés avec des aspects qui ne les motivent pas"

Salle de sieste, jeux en équipe, nourriture saine… Les managers investissent pourtant dans l’amélioration de la qualité de vie au travail. Mais pour Nicolas Bouzou, en dépit de ces efforts, l’origine du malaise ressenti par les salariés vient d’autre part: un travail en manque de sens.

"Les entreprises essayent de motiver les salariés avec des aspects qui ne les motivent pas. Il y a aujourd'hui un manque de sens et un manque d’autonomie dans les entreprises et au lieu de répondre par de l’autonomie et du sens, les entreprises répondent par cette mode du bonheur. Parfois ce bonheur est même institutionnalisé parce que dans certaines entreprises vous avez ce qu'on appelle des 'responsables du bonheur'".

"Le bonheur est lié à nos relations avec nos conjoints, avec nos enfants, c’est une affaire privée"

Une recherche du bonheur qui sort du registre dans lequel s’inscrit normalement l’entreprise et freine la productivité.

"C’est quelque chose qui est absolument terrifiant parce que déjà, le bonheur est très largement lié à nos relations avec nos conjoints, avec nos enfants, c’est une affaire privée. Je déconseille aux entreprises d’aller dans le lit de leurs salariés ou dans l’école des enfants de leurs salariés. L’entreprise est un lieu de travail, on est là pour travailler pas pour être heureux".
Les Grandes Gueules (avec C.P.)