RMC

Coronavirus chinois: une chauve-souris à l'origine de l'épidémie?

Alors même que le virus chinois a tué 26 personnes dans le pays, le professeur François Bricaire estime qu'il n'y a aucune raison en France de s'affoler pour le moment si des mesures d'hygiène sont appliquées. Il était l'invité de RMC dans les "Grandes Gueules".

L’organisation mondiale de la Santé a jugé jeudi qu’il était encore trop tôt pour déclencher une alerte sanitaire face au virus du Coronavirus. Le virus de la famille du Stras a déjà contaminé près de 830 personnes et fait 26 morts en Chine dont 17 dans la seule ville de Wuhan qui a été placée en quarantaine.

La ville est notamment connue pour sa pisciculture. Le marché dédié aux poissons ou aux écrevisses, considéré comme l’épicentre du virus, est d'ailleurs fermé depuis le 1er janvier. "Il y avait des ventes illégales d’animaux", reconnaît le Centre National chinois de Contrôle et de Prévention des Maladies. 

>> Coronavirus en Chine: quels sont les symptômes du virus? <<

Qu'est-ce qu'un "coronavirus"? 

Un média chinois a ainsi retrouvé la brochure d’un commerçant qui proposait à la vente une centaine d’animaux différents comme des rats vivants, des renards, des salamandres, des louveteaux, des serpents ou encore des civettes, un petit mammifère carnivore à l’origine de l’épidémie de SRAS au début des années 2000. 

Sur le virus en lui-même, les autorités ont encore beaucoup de choses à découvrir confie François Bricaire, infectiologue à l’hôpital la Pitié-Salpêtrière à Paris. 

"Ce virus fait partie d’une famille de virus respiratoire. Ce sont des virus qui sont en général d’origine animale. On ne sait pas encore très bien quel animal et à la source, mais on a des idées, la chauve-souris. Ce n’est d’ailleurs pas très original parce qu’elles hébergent énormément de virus. C’est une des capacités de cet animal. On sait que ce virus a des origines communes avec des virus de la chauve-souris. Cependant, il y a peut-être d’autres animaux qui sont à la source de ce virus", explique-t-il. 

Il précise qu’il a été constaté que ce virus se transmet d’homme à homme. Mais il estime que, pour le moment, la transmission entre humains n’est pas aussi élevée que peuvent le craindre les autorités.

Guillaume Descours