RMC

Deux buralistes sur trois vendent du tabac aux mineurs: "Les résultats sont accablants", assume la Confédération des buralistes

RMC
Selon une enquête du Comité national contre le tabagisme, un buraliste sur dix vendrait même du tabac à des adolescents de 12 ans.

Malgré que ce soit illégal, les mineurs ont toujours autant de facilité à se procurer et à consommer du tabac en France. En effet, selon une enquête du Comité national contre le tabagisme, deux buralistes sur trois vendent du tabac aux mineurs âgés de 17 ans et un sur dix à des jeunes de 12 ans.

L’interdiction de vendre du tabac à des mineurs de 16 ans est entrée en vigueur en 2003. Elle a ensuite été étendue à l’ensemble des mineurs en 2010. 

"Ce sondage n’est pas tenable et les résultats sont accablants. J’assume totalement cette situation et nous avons engagé depuis déjà plusieurs mois une conduite au changement et à la responsabilité des buralistes dans la vente aux mineurs", affirme Philippe Cov, de la Confédération des buralistes.

Un travail avec l'Éducation nationale

Cependant, il estime que les buralistes ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Il pointe notamment du doigt la responsabilité des parents et appelle à travailler "tous ensemble". Il affirme que la confédération des buralistes a bien conscience du problème qui existe également pour les jeux, ou encore la cigarette électronique.

"Nous avons lancé des campagnes de sensibilisation sur les jeux. Cet été, nous avons également lancé une campagne de prévention et d’information sur les produits du vapotage. Nous allons travailler avec le ministère de la Santé pour déployer encore plus d’énergie pour atteindre le zéro défaut", indique Philippe Cov. 

Cependant, il estime qu’une interdiction totale des établissements de tabac aux mineurs ne serait pas une bonne chose. "Nous sommes souvent en zone rurale, le dernier commerce d’animation et de liant", affirme le buraliste. 

Il donne également une autre justification à cette vente aux mineurs. "Les buralistes vont mal. Mais ça personne ne veut l’entendre. Nous sommes des entrepreneurs responsables. Il faut un plan pour faire baisser les chiffres de ce sondage avec de la formation et de l’information", ajoute-t-il. 

Preuve du travail qu’il reste à accomplir, toujours selon l’enquête du Comité national contre le tabagisme, 40% des buralistes n’ont même pas l’affichette qui indique l’interdiction de vendre du tabac aux mineurs.

Guillaume Descours