RMC

Fête dans un commissariat en plein couvre-feu: "C’est un relâchement", plaide un policier

-

- - RMC

Après la diffusion d’une vidéo montrant une fête dans un commissariat en plein couvre-feu, Abdoulaye Kanté, policier dans les Hauts-de-Seine, a déploré la mauvaise image que cet épisode donnait aux forces de l’ordre. Mais il a évoqué un "relâchement", dans le contexte difficile de la crise sanitaire.

Dans une vidéo révélée par Loopsider, on apprend qu’une fête a été organisée au commissariat d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), en plein couvre-feu. On y distingue une dizaine d’hommes et de femmes, qui chantent et dansent, sans masque ni respect des gestes barrières, à l’occasion d’un pot de départ.

Les rassemblements conviviaux sont pourtant interdits dans les commissariats et "des rappels sont régulièrement effectués aux agents qui doivent se soumettre à un protocole sanitaire strict", selon les mots de la préfecture de police. "Ça ne donne pas une bonne image", a reconnu jeudi Abdoulaye Kanté, policier dans les Hauts-de-Seine et habitué des Grandes Gueules de RMC.

"On ne peut pas demander aux gens de respecter les gestes barrières si nous même on ne les respecte pas", a-t-il poursuivi. Mais le policier plaide pour l’indulgence: "c’est un relâchement". Selon Loopsider, la commissaire avait donné l’autorisation de faire ce pot de départ, mais en petit comité. Mais la soirée a pris une autre tournure.

"Quand c'est dans le commissariat, ce n’est pas la même symbolique"

"Qu’ils le fassent chez eux, ce n’est pas bien mais c’est en tant que citoyen. Quand vous le faites dans le commissariat, qui représente l’ordre, ce n’est pas la même symbolique", a de son côté estimé Isabelle Saporta, éditrice et chroniqueuse des Grandes Gueules. Elle dénonce également la "bêtise" d’avoir filmé et publié la vidéo sur les réseaux sociaux.

"C’est rassurant car ça prouve aux gens que les policiers sont des gens comme les autres. Ce sont des gens qui font leur boulot et qui, de temps en temps, se lâchent, comme tout le monde", a avancé le chef d’entreprise Johnny Blanc. Maxime Lledo qualifie lui cet événement de "gênant": "Ce n’est pas grave mais ça fait tache surtout, dans un moment où le rapport entre la police et la population est un peu tendu".

La préfecture de police a indiqué que des sanctions seraient prises à l’encontre des participants.

LL