RMC

Les Afghans veulent quitter des conditions de vie épouvantables et aspirent à vivre pacifiquement

Invité des "Grandes Gueules", le grand reporter décrit un pays en guerre permanente depuis près de 40 ans. Pour les populations, les conditions de vie sont abominables.

C’est depuis quelques jours une des inquiétudes qui montent. Des Talibans ont-ils réussi à se faire rapatrier en France parmi la population afghane? En effet, on a appris lundi qu'à leur arrivée en France après avoir été rapatriés de Kaboul, cinq Afghans s'étaient vus placés sous surveillance de la Direction générale de la surveillance intérieure (DGSI).

Un de ces Afghans, principal profil surveillé, "aurait eu un lien avec des talibans, à un moment donné, qui reste à définir", a ajouté Gabriel Attal, rappelant que "des investigations étaient en cours". Il a été interpellé lundi en fin d'après-midi pour avoir rompu sa "mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance" (Micas) et placé en garde à vue, a indiqué le parquet de Paris.

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: course contre la montre pour évacuer les derniers français et afghans alliés de Kaboul

Pour le grand reporter, Régis Le Sommier, il est extrêmement difficile de savoir qui est qui sur place.

“J’ai fait plusieurs séjours en Afghanistan et là, je viens d’y passer trois semaines, je peux vous dire que c’est très difficile pour les services de renseignements d’identifier qui est qui. Il y a un certain nombre de personnes qui sont identifiées, mais encore une fois le mouvement taliban, c’est très obscur. La question c’est pourquoi cette personne a aidé les Français pour l’évacuation”, indique-t-il.

"Les conditions de vie sont absolument épouvantables"

Il affirme avoir lui-même rencontré des Talibans et se dit très surpris. 

“Deux d'entre eux au cours de ce séjour nous ont demandés si on pouvait les aider à obtenir des visas pour la France. J’ai halluciné parce que je leur disais, mais attendez, vous êtes censés faire votre ordre en Afghanistan au nom d’Allah, pourquoi vous voudriez aller vivre avec des gens qui, pour vous, sont des mécréants?", assure-t-il.

Mais selon lui, l’envie de fuir le pays grandit dans le pays, et encore plus bien sûr avec le retour en force des Talibans.

“Dans toute la société afghane, les gens veulent partir parce que les conditions de vie sont absolument épouvantables. Il faut imaginer que c’est un pays qui est en guerre depuis 40 ans. Les gens ne savent pas ce que c’est que la paix. Tous les Afghans savent manier une kalachnikov, tous les Afghans connaissent les explosifs, c’est un pays qui est charpenté par la guerre. Et donc il y a des gens qui aspirent à mieux vivre, à vivre pacifiquement. Mais parmi eux, il y aura peut-être des gens qui veulent porter le djihad. Donc c’est très compliqué de savoir qui est qui”, détaille-t-il. 
Guillaume Descours