RMC

Œufs contaminés: "Le manque de coopération entre les pays européens est le vrai scandale"

Alors que les contours du scandale des œufs contaminés au fipronil s’épaississent, une deuxième liste de produits contaminés a été publiée par le ministère de l’Agriculture. Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à UFC que choisir était l’invité des Grandes Gueules, ce lundi.

Le scandale des œufs contaminés au fipronil prend de plus en plus d’ampleur à mesures que les enquêtes progressent. Le ministère de l’Agriculture a d’ailleurs sorti une seconde liste de produits concernés, retirés des rayons dans la foulée. Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à UFC que choisir était l’invité des Grandes Gueules, ce lundi.

Il légitime d’abord les décisions des grands distributeurs de retirer ces produits de la vente, même au moindre doute: "Ce sont des grandes marques qui sont concernées par cette affaire et ils ne peuvent pas se permettre de laisser passer des produits qui ne seraient pas conformes. Il faut éviter l’amalgame entre les industriels: il y a les fraudeurs d’un côté, qui méritent une grande sévérité et en face les industriels de la grande distribution qui mettent en jeu leur image de marque."

"Chaque produit peut traverser les frontières sans aucun problème"

Olivier Andrault rappelle également que les dangers liés à ces produits sont relatifs, et peu élevés: "Sans vouloir minorer le problème, je voudrais rappeler qu’aucun produit n’a dépassé la dose au-delà de laquelle cela devient dangereux. La très large majorité des produits peuvent être consommés sans danger et il y a seulement une vingtaine de référence qui sont au-dessus de cette limite. L’agence nationale de sécurité des aliments a été globalement rassurante."

Pour autant, il affirme que le grand manquement réside dans l’absence de coopération entre les services sanitaires européens: "Si scandale il y a, il est plutôt au niveau de l’opacité totale et du manque de coopération entre les différents pays et c’est vraiment scandaleux. N’oublions pas qu’un des fondements fondateurs de l’Union européenne est la libre circulation des marchandises. En clair, chaque produit peut traverser les frontières sans aucun problème et la contrepartie devrait être la coopération totale des services de contrôle. Les services des Pays-Bas seraient au courant depuis novembre 2016…"

Les GG (avec Tom Masson)