RMC

Qualité des repas dans les cantines scolaires: "Avec les normes, on refile de la merde, mais de la merde propre"

Jérôme Marty, médecin généraliste, regrette la qualité des repas dans de nombreuses cantines scolaires du pays. Il appelle à plus de circuits courts et de produits de saison pour la santé des jeunes.

Y-a-t-il trop de viande dans les cantines françaises? A Nice ou encore à Lyon, différentes associations demandent à ce que les jeunes consomment moins de protéines animales dans les établissements scolaires. Le collectif "Cantine verte" à Nice milite pour deux repas végétariens obligatoires par semaine et lance une pétition locale en ce sens.

Les Grandes Gueules sont revenues sur cette proposition, et le médecin généraliste des GG, Jérôme Marty, explique que la méthode n'est peut-être pas la bonne mais que, dans l'esprit, il faut que la qualité des produits alimentaires proposés dans les services de restauration s'améliore.

"Il faut revoir tout le système"

"Tout ce qui est imposé à mon avis ce n’est pas forcément bon. Et pourquoi deux et pas trois ou quatre? On a un problème de qualité alimentaire dans les collectivités que ce soit hospitalières ou scolaires. Parce qu’on a des repas qui coûtent entre deux et quatre euros et qu’à côté de ça on a un effet ciseau terrible car on a des normes extrêmement encadrées qui font qu’au final on file de la merde, mais de la merde propre, donc on se dédouane.
Mais à côté de ça on a des gens qui mangent mal, des taux d’obésité passés de 6 à 14%. Et un système économique mauvais car on ne peut pas faire un appel d’offre en demandant du bio. C’est quand même fou, on a 185 grammes par repas qui sont jetés. Il faut revoir tout le système."

"Comme si à Lille on mangeait la même chose qu’à Toulouse et comme si on mangeait la même chose en été qu’en hiver"

Le médecin généraliste assure que l'on pourrait d'une pierre deux coups avec l'écologie et la santé en privilégiant les circuits courts et en respectant la saisonnalité des produits.

"Effectivement il faut privilégier les circuits courts ça pour le coup ça a un impact carbone et on peut jouer sur l’écologie. On a des producteurs qui font de la qualité et ça va coûter beaucoup moins cher. Vous pouvez sortir un repas à 4 euros en faisant bosser ceux qui vous entourent. Si vous privilégiez le local et la saisonnalité... On fait manger tout et n’importe quoi à toute heure et tous les mois. Comme si à Lille on mangeait la même chose qu’à Toulouse et comme si on mangeait la même chose en été qu’en hiver."

Mais au niveau nutritionnel, est-ce que deux repas végétariens par semaine peut poser problème? Jérôme Marty assure que non.

"Pas de risques, par contre est-ce qu’un enfant de 6 ans va l’accepter sans aucune éducation derrière ? Peut-être qu’il va rien bouffer et être en hypoglycémie l’après-midi, et là il y a un risque."
James Abbott