RMC

Rachida Dati dézingue (encore) Anne Hidalgo et évoque 2022:

Rachida Dati a profité de son passage dans Les GG sur RMC pour se payer son ex-rivale aux municipales de Paris et évoquer la présidentielle 2022.

Tous les sujets sont bons pour épingler sa rivale. La maire du VIIe arrondissement et ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati, a profité de son passage dans Les Grandes Gueules sur RMC ce jeudi pour adresser quelques tacles à celle qui l'a battue aux élections municipales de Paris. 

Racontant comme elle s'organise localement pour vacciner ses administrés contre l'épidémie de Covid-19, elle fait d'une pierre deux coups se payant le gouvernement sur la polémique des masques et la maire de Paris sur des récentes déclarations.

"J'ai pu négocier avec le préfet de police et le directeur de l'ARS l'ouverture d'un centre de vaccination (dans le VIIe arrondissement), contrairement aux déclarations de Madame Hidalgo qui ne connaît pas le terrain. On s'est organisés nous même pour tout ce qui est logistique, sur le budget de la mairie du VIIe)"

Dati 2022 ? "Je serai de tous les combats"

Evoquant plus tard dans l'émission la présidentielle 2022 - pour laquelle elle avait fait part de ses ambitions au quotidien britannique The Times - elle estime qu'Anne Hidalgo, qui se met en ordre de marche, n'est pas une hypothèse crédible.

"Quand on voit les autres, ça vous rassure", lance-t-elle ironiquement. "Vous avez raison, pourquoi pas moi après tout ? Il y a des moments où on n'osait pas, c'était sacré. Je me souviens quand j'étais plus jeune, on s'endimanchait rien que pour recevoir le préfet. Maintenant même si on dit que le président va venir. On dit d'accord. La présidentielle, on a tout désacralisé ! C'est open-bar.
Vous voulez que la France se transforme comme Paris ? Est-ce que quelqu'un un jour aurait pu imaginer qu'à Paris nous ayons des territoires perdus de la république, il y a des quartiers entiers sous la tutelle de trafiquants. Elle finance des associations communautaristes dans Paris", attaque-t-elle, insistant également sur les problèmes des mineurs isolés non recensés.

Rachida Dati estime également qu'Anne Hidalgo "a fait fuir les familles et les travailleurs qui n'ont plus accès au logement social". Avant de conclure, pour répondre à la question d'une éventuelle candidature de sa part: "Moi je serai de tous les combats, je vous le dit". Le message paraît limpide.

J.A.