RMC

Majid Oukacha: "Si on avait une immigration plus modérée, on aiderait les gens à s'intégrer"

Le bloggeur français d'origine algérienne Majid Oukacha, auteur de Il était une foi, l’Islam…, était l'invité de Radio Brunet ce mardi. Il a expliqué pourquoi selon lui, l'intégration des migrants ne pourra se faire qu'en limitant leur entrée sur le territoire.

On peut être petits-fils d'immigrés algériens et plaider pour une limitation de l'immigration en France. Invité ce mardi de Radio Brunet, Majid Oukacha, essayiste, blogueur et auteur de Il était une foi, l’Islam… (Ed. Createspace), a expliqué en quoi la France ne pourrait jamais intégrer correctement ses migrants si elle n'en limite pas le nombre. "Si on avait une immigration plus modérée au niveau quantitatif, on aiderait les gens à s'intégrer, explique Majid Oukacha. Des immigrés sont obligés d'aller dans des cités pour trouver un logement, mais ils viennent dans un endroit où l'ordre dominant est le même que dans leur pays".

"Les problèmes ne se fuient pas éternellement"

L'essayiste estime également que le développement de l'Afrique et du Moyen-Orient ne sera jamais possible sans limitation de l'accueil d'immigrés en Europe. "Pour le bien des pays de départ, ce serait bien qu'ils ne soient pas fuis sans cesse. Si on vide ces pays de leur jeunesse, de leurs dissidences politiques, de leurs cerveaux, de leurs universitaires… ils ne s'amélioreront jamais". Il ajoute: "Les problèmes ne se fuient pas éternellement". Majid Oukacha estime que ce n'est pas en "leur donnant la possibilité de fuir" que les habitants de ces pays "feront la révolution chez eux".

Les chiffres de l'immigration en France

Selon le ministère de l'Intérieur et l'Insee, fin 2017, la France comptait 6 millions d'immigrés sur son territoire. 262.000 titres de séjour ont été délivrés l'an dernier, contre 230.000 en 2016. Entre 2016 et 2017 la France a accueilli + 20% de migrants économiques, + 20% d'étudiants étrangers, et +35% de migrants pour raisons humanitaires. Les demandes d'asile ont, elles, augmenté dans le même temps de 20% en un an.

Il n'y a pas de chiffres officiels concernant l'immigration clandestine. On sait juste qu'il y a eu 18.000 mesures d'éloignement l'an dernier.

P. G. avec Eric Brunet