RMC

Thomas Pesquet a transformé chacun de nous en acteurs de sa mission

De retour sur terre depuis plus d'un mois, Thomas Pesquet multiplie depuis les expériences scientifiques et les débriefings de sa mission de 6 mois à bord de l'ISS, la station spatiale internationale. Jean-Yves Le Gall, président du Centre National d'Etudes Spatiales est revenu, ce mardi dans Radio Brunet, sur le séjour dans l'espace du Français.

Pendant 6 mois, les Français se sont passionnés pour les aventures de l'astronaute Thomas Pesquet. De retour sur terre depuis le 2 juin, l'heure est à présent aux bilans et aux analyses. Jean-Yves Le Galle, président du Centre National d'Etudes Spatiales est venu parler d'espace et de conquête spatiale, dans Radio Brunet, ce mardi. Il en a profité pour revenir sur les réussites de Thomas Pesquet.

D’abord, Thomas Pesquet a réalisé des expériences directement liées à la santé, aidé par la gravité et à ses réactions sur son organisme. "Là-haut, il a passé 6 mois à faire plus de 160 expériences scientifiques avec comme objectif de faire des expériences que seule la gravité permet de faire. Par exemple, l’ostéoporose, qui est une maladie qui nous frappe tous, liée au vieillissement sur terre n’est pas réversible. Lorsque qu’un astronaute est dans l’espace, il a de l’ostéoporose mais, par chance, elle n’est pas réversible et quand il revient ses os vont se recalcifier. Il a été suivi en permanence et tout ce qu’on a appris va permettre de trouver des solutions pour mieux contrôler, et pour mieux se protéger de l’ostéoporose. Le volet santé a été très important".

Le volet des expériences matérielles a également constitué une part importante des journées de l'astronaute de 39 ans, selon Jean-Yves Le Gall. "Voir en apesanteur comment les alliages se forment, là-aussi cela va permettre de faire des progrès. Et là-aussi, Thomas Pesquet a fait une moisson d’expériences et de résultats scientifiques tout à fait considérables pendant les 6 mois qu’il a passé dans la station. Aujourd’hui, il est revenu donc il va falloir dépouiller tout ça", explique t-il.

"On y consacre suffisamment d'argent pour que chacun y participe"

Enfin, partie que chacun de nous a pu suivre directement sur les réseaux sociaux, le côté digital et le partage instantané de ses photos. "Avant qu’il parte, on lui a dit ‘jusqu’à présent la plupart de la population est un peu spectateur face à l’espace, il faut maintenant que les habitants de la terre deviennent des acteurs. Et donc c’est pour cela qu’il s’est mis sur les réseaux sociaux. Moi j’ai été frappé de voir que pendant toute sa mission des gens qui a priori ne s’intéressait pas à l’espace tous les matins me disaient ‘j’ai regardé la photo de Thomas !’. Et donc il a réussi à faire en sorte que chacun d’entre nous est devenu un acteur de sa mission et c'est formidable. On consacre suffisamment d’argent pour ce genre de choses et que tout le monde y participe, je crois que c’est tout à fait réussi", s'est-il réjoui.

Radio Brunet (avec T. Masson)