RMC

Baguette à 29 centimes: "Leclerc saigne l'agriculture française" lâche Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a poussé un énorme coup de gueule contre Michel-Edouard Leclerc, qui a fixé le prix de la baguette à 29 centimes dans ses supermarchés.

Les agriculteurs contre-attaquent face à Leclerc. Au surlendemain de l’annonce par Michel-Edouard Leclerc du blocage du prix de la baguette à 29 centimes dans ses supermarchés, dans "Apolline Matin", la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a fermement dénoncé cette initiative, également sur RMC et RMC Story, ce jeudi.

"Il compare avec le pétrole. Mais ceux qui font le pétrole, ne sont pas les mêmes que ceux qui font le blé et la farine. Michel-Edouard Leclerc fait de la démagogie et du populisme, comme il en a l’habitude, lâche la dirigeante du syndicat majoritaire des agriculteurs. Il vend à perte, écrase le travail de ses propres salariés, méprise les boulangers qui se lèvent à 3 ou 4h du matin chaque nuit pour faire du bon pain. Et donne un très mauvais signal de destruction de valeur."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

​​​​​​​

"Il a signé un acte de faillite pour certains agriculteurs et ​industriels"

"Il se révèle aussi parce que quand il vend sa baguette à 60 ou 70 centimes, il fait une marge considérable, poursuit Christiane Lambert. Il faudra qu’il rendre des comptes. Sur quels produits va-t-il compenser ? Le lait, les œufs, la papeterie ? Qui va trinquer quand il aura fait son show ? Et d’où vient la farine ? Comment peut-il faire ce prix-là ? Il y a des cotations. Le blé a augmenté de plus de 25%. Donc la farine augmente, et l’énergie aussi. Lui, plus fort que les autres, il dit qu’il divise par deux le prix de sa baguette. C'est se foutre du monde, détruire de la valeur et mépriser le travail des boulangers et de ses propres salariés. J'espère que les Français vont continuer de prioriser leurs boulangers."

"Il casse tout en faisant du low cost, renchérit la présidente de la FNSEA. C’est scandaleux. Il est coutumier du fait. Il est en train de baisser le prix sur le steak haché, sur beaucoup de produits. Il met à mal, il saigne l'agriculture française. S’il y a des faillites, s’il y a une diminution du nombre d’agriculteurs, ce distributeur-là porte une grande responsabilité. Il a signé un acte de faillite pour certains agriculteurs et ​industriels."

LP