RMC

Baisse de la vitesse: sur la "route de la mort", on craint que ce soit pire

18 morts depuis 10 ans sur une portion de 23 kilomètres uniquement, la Nationale 79, qui traverse l'Allier, est surnommée "la route de la mort". (Photo d'illustration).

18 morts depuis 10 ans sur une portion de 23 kilomètres uniquement, la Nationale 79, qui traverse l'Allier, est surnommée "la route de la mort". (Photo d'illustration). - Djilali Djaffer - AFP

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve détaille ce lundi les mesures de son plan d'action pour la sécurité routière. Parmi les mesures, l'abaissement de 90 à 80 km/h sur certaines portions de routes nationales jugées dangereuses. Reportage sur la N79, dans l'Allier, surnommée "la route de la mort".

Et si on roulait moins vite sur les routes nationales les plus dangereuses ? C'est la mesure numéro 20 du plan d'action pour la sécurité routière qui sera appliquée le 30 juin prochain et que le ministre de l'Intérieur va détailler ce lundi 11 mai devant le Conseil national de la sécurité routière : expérimenter l'abaissement de 90 à 80km/h de la vitesse maximale autorisée sur plusieurs portions où les morts se comptent par dizaines.

L'objectif, c'est d'observer le comportement des conducteurs et de voir si une telle mesure a un impact sur l'accidentologie. Car la vitesse reste la deuxième cause de mortalité sur les routes en France, derrière l'alcool. Et selon un rapport du Conseil National de la Sécurité Routière, jusqu'à 450 vies par an pourraient être sauvées avec une telle mesure.

"Important de baisser la vitesse sur cette route accidentogène"

Le ministre de l'Intérieur devrait annoncer 3 tronçons. La nationale 79, dans l'Allier fait partie des tronçons pressentis. Une route qu'on appelle aussi la RCEA, la Route Centre Europe Atlantique, qui traverse la France de part en part, et qui porte un surnom : "La route de la mort".

18 morts depuis 10 ans sur une portion de 23 kilomètres uniquement, la Nationale 79 fait peur. Notamment par sa configuration. "C'est une route accidentogène qui alterne des portions sécurisées et d'autres qui le sont moins, explique Éric Maréchal, de la Prévention Routière. On est en zone rurale, c'est très monotone, et c'est une route sur laquelle on trouve énormément de camions. Donc il est important de sensibiliser les conducteurs et de faire baisser leur vitesse"

"On va s'ennuyer, on va s'énerver"

Mais abaisser la vitesse maximale de 90 à 80km/h ne fait pas l'unanimité parmi les automobilistes... Aux quelques conducteurs qui jugent "bonne" cette mesure, d'autres, comme Thierry estime que "ça va peut-être juste augmenter le taux d'énervement général. On va s'ennuyer, on va s'énerver, les gens vont vouloir doubler quand ils pourront. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée".

C'est également le sentiment de Daniel Marchand, le maire de Thiel-sur-Acolin, qui longe cette route: "Ça ne baissera pas la vitesse ni le nombre de morts. Dès qu'on ne va pas vite on est moins attentif, il y a des gens qui somnolent. Et puis 23 km sans doubler derrière des trains de camions, ça risque d'être pire".

"Les gens excédés vont faire 6 km derrière un camion et puis au bout d'un moment ils en auront marre. Bande blanche ou pas bande blanche, ils doubleront, et ce sera encore pire".

"Seule solution: construire une autoroute"

La seule solution pour Gérard Dériot, président du Conseil Départemental de l'Allier, c'est un investissement plus lourd de la part de l'État. "Il faudrait que l'État se dépêche de faire l'autoroute concédée qui doit être réalisée en traversant le département de l'Allier, ce sera la seule solution pour que cette route soit plus sûre". Si la Nationale 79 est choisie pour cette expérimentation, la mesure rentrera en vigueur une quinzaine de jours avant le début des vacances d'été.

Philippe Gril avec Gwenaël Windrestin