RMC

Chauffard de Lorient: le garçon de 7 ans est sorti du coma

Le jeune enfant arrive même à communiquer "avec les yeux" et à "exprimer quelques mots", selon ses proches.

Le garçon de sept ans, grièvement blessé après avoir été fauché par le chauffard de Lorient, dont l'accident a coûté la vie à son cousin de neuf ans, le 9 juin à Lorient, est sorti du coma.

"Il a ouvert les yeux, il est sorti du coma, la semaine dernière. Il a encore des difficultés pour la parole. Mais c'est positif, même si cela reste préoccupant", a expliqué Ahmed Makas, membre de l'association culturelle turque de Lorient et en contact avec les familles des deux victimes.

L'enfant est toujours hospitalisé à Brest à l'hôpital Morvan, mais il peut communiquer "avec les yeux" et exprimer "quelques mots".

Le garçon avait été fauché le 9 juin avec son cousin, mort dans l'accident causé par un conducteur qui avait pris la fuite avec sa passagère. 

Après 9 jours de cavale, le chauffard de Lorient avait été arrêté la semaine dernière dans un hôtel de Lanester dans le Morbihan. Il a été mis en examen pour "homicide" et "blessures involontaires aggravées" après avoir fauché deux enfants, tuant le plus âgé et blessant grièvement le plus jeune.

"Il n'a jamais eu l'intention de tuer", selon l'avocate du jeune homme, qui a également été mis en examen pour refus d'obtempérer aggravé, conduite sans permis, conduite sans assurance et délit de fuite, encourant une peine de dix ans. Il a été placé en détention provisoire.

Il a assuré au juge d'instruction que c'était un accident, il n'aurait pas pris conscience qu'il renversait ces deux enfants.

Toujours selon son avocate, il a exprimé de profonds regrets, en larmes, en bégayant. Elle décrit un jeune homme "dépassé par les événements, abattu", qui avait d'ailleurs changé d'apparence: il avait rasé son crâne et sa barbe.

Son avocate assure aussi qu’il avait écrit une lettre aux médias où il affirmait "Je ne suis pas un meurtrier", lettre qu’il n’a jamais envoyée.

La chambre de l'instruction de Rennes se réunira jeudi, à la suite d'un appel formé par la passagère, a indiqué lundi l'avocat des familles des deux enfants Me Philippe Courtois dans un communiqué. Selon l'avocat bordelais, la jeune femme de 21 ans, écrouée depuis le 14 juin, conteste son placement en détention provisoire. 

Nicolas Ropert