RMC

Guerre en Ukraine: pour Julien Bayou, "il faut que les entreprises françaises quittent la Russie"

Dans "Estelle Midi" ce mardi sur RMC et RMC Story, Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts, a ciblé les entreprises françaises qui restent ouvertes en Russie alors que le pays a déclaré la guerre à l'Ukraine depuis plusieurs semaines. Il estime que pour faire pression, ces entreprises doivent quitter le pays.

C’est une ligne qu’avait déjà défendu sur RMC, le candidat à la présidentielle Yannick Jadot. Au micro d’Apolline de Malherbe, il avait assuré que Total se rendait coupable de complicité de crime de guerre en restant implanté en Russie alors que le pays a engagé depuis plusieurs semaines une guerre en Ukraine.

Une position qu’a appuyée ce mardi, Julien Bayou, le secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts, dans "Estelle Midi". "Il y a une hypocrisie monumentale de la part de la France et en particulier de Bercy de continuer à soutenir Total", estime-t-il.

Il prend l’exemple de plusieurs entreprises américaines qui ont, elles, décidé de quitter totalement le pays.

“Les entreprises comme Netflix et les autres ont quitté la Russie et pourtant, elles avaient des chiffres d'affaires conséquents. Apple Pay l’a fait aussi, Facebook est carrément considérée comme une organisation extrémiste”, appuie-t-il.

Renault en grande difficulté

Selon Julien Bayou, le moyen pour faire flancher la Russie dans cette guerre, c’est de soutenir la résistance ukrainienne et d'appliquer des sanctions. “C’est pour ça qu’il faut que les entreprises françaises quittent la Russie”, ajoute-t-il.

Parmi les entreprises françaises implantées en Russie les plus touchées par cette guerre, Renault. L’entreprise automobile, qui contrôle la marque Lada, craint de perdre son deuxième marché mondial.

Mais pour la journaliste Catherine Rambert, le risque, c’est que l’Europe et la France, si elles quittent la Russie; perdent une grande partie des marchés. “Si nous quittons la Russie, la Chine va récupérer tous les marchés parce qu’elle ne s’embarrasse pas de l’avis de sa population. Et quand la guerre sera finie, les Etats-Unis vont passer par dessus nous pour récupérer ces marchés parce que cette guerre est aussi une guerre économique”, affirme-t-elle.

Guillaume Descours