RMC

"Il y a urgence": dans les copropriétés et HLM, le bouclier tarifaire ne convainc pas encore

Le ministre délégué au Logement, Olivier Klein, a annoncé, mardi, que les copropriétés et HLM qui fonctionnent au chauffage collectif électrique seront aussi protégés par le bouclier tarifaire. La hausse des prix devrait être bloquée à 15 % mais les copropriétaires devront avancer les frais. Comme pour le chauffage collectif au gaz, les démarches semblent être compliquées.

C'était un "trou dans la raquette", d'après les mots du ministre délégué au Logement, Olivier Klein. Il a annoncé, mardi, que les copropriétés et HLM qui fonctionnent au chauffage collectif électrique pourront bientôt bénéficier d'une aide sur leur facture d'énergie.

Les décrets sont en cours d'écriture et la mesure sera rétroactive. La hausse des charges cette année sera, d'ailleurs, en partie compensée lors de la régulation en 2023. Pour l'État, cela devrait représenter un coût d'un milliard d'euros supplémentaire.

"Ça sera la même règle que pour les particuliers, à savoir, une hausse bloquée à 15% en début d’année", a précisé Olivier Klein.

Les copropriétaires vont devoir avancer les frais

Pourtant, comme c'est le cas pour le chauffage collectif au gaz, les démarches seront très compliquées. Concrètement, sur demande du syndic de copropriété ou du bailleur social, le fournisseur d'énergie va calculer le montant de l'aide et va faire la demande auprès de l'État.

Ensuite, quand l'administration aura versé le montant, le fournisseur se chargera de le reverser au syndic ou au bailleur. Sauf que c'est lui qui décide, ensuite, comment il redistribue cette somme.

De fait, les copropriétaires devront avancer les frais, sans même savoir quand, comment et combien ils récupéreront cette somme.

Certains font un choix radical

En attendant ce type d'aides, certains ont décidé de ne pas allumer le chauffage collectif à cause des prix. C'est le cas dans un immeuble à Toulouse, où les copropriétaires n'ont pas voulu souscrire au nouveau contrat proposé par un fournisseur d'énergie, avec une facture multipliée par huit. Les habitants optent donc pour le système D. Chez Julian, il fait 14 degrés le matin.

"Du coup, on essaie d’y arriver en ayant des petits soufflants ou des radiateurs à bain d’huile, en mettant des bonnets, en s’habillant chaudement", dit-il.

Il n'est pas le seul à s'aider de petits radiateurs qui ne dépendent pas du chauffage collectif. "Nous, on a installé des chauffages électriques à inertie fluide, et aujourd’hui, on s’y retrouve largement entre l’augmentation du prix du gaz et celui de l’électricité, et même le coût de nos travaux", affirme Caroline, l'un des copropriétaires.

"Les gens ont besoin du bouclier tarifaire aujourd’hui, pas dans un an"

Alors que le froid s'installe, la situation peut-elle durer? Pour le syndic de copropriété qui gère la résidence, la solution serait ce bouclier tarifaire proposé par le gouvernement, mais avec application immédiate.

"Je pense qu’il faut plus de rapidité, les gens ont besoin du bouclier tarifaire aujourd’hui, pas dans un an, pas dans deux ans, et on ne sait pas quand on va l'avoir. Il y a urgence", alerte Marc Carcenac, qui gère le syndic.

En attendant la prochaine assemblée générale prévue le 12 décembre, les 57 copropriétaires vont devoir s'armer de patience et se vêtir de gros pulls.

AB avec VC et JWF