RMC

"Je passe de 1.000€ à 4.000€": les boulangers veulent le bouclier tarifaire, et vite

Les artisans, dont les boulangers, sont invités à défiler ce lundi à Paris pour réclamer un bouclier tarifaire alors que la hausse des prix de l'énergie menace leur survie.

Face à la crise énergétique et la flambée des prix de l'électricité et du gaz, les boulangers manifestent ce lundi pour réclamer des aides financières ainsi que l’application du bouclier tarifaire pour tous les artisans afin de limiter la hausse des tarifs à 15%, comme pour les particuliers. Car pour certains, les coûts ont parfois été multipliés par 10 ! D'autres artisans seront également mobilisés, comme les bouchers.

"Tous les métiers liés à l'artisanat sont concernés", assure ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules" Frédéric Roy, boulanger à Nice et co-fondateur du Collectif pour la Survie des boulangers et de l'artisanat, à l'origine de l'appel à manifester ce lundi.

"C'est compliqué à répercuter sur le prix de vente"

Les artisans craignent en effet pour leur survie alors que le coût de l'électricité a explosé: "Je paie 1.000€ par mois d'électricité dans ma boulangerie. J'ai reçu un papier d'EDF, je vais passer à 4.000€", raconte sur RMC et RMC Story Frédéric Roy. Une fois la facture reçue, quelques solutions s'offrent à lui.

"Il y a différentes aides, déjà 20% dont on peut bénéficier sur la facture puis ensuite ce qu'on appelle le guichet unique. Au maximum, on va bénéficier de 40% de la hausse qui va être pris en charge. Pour quelqu'un qui passe de 1.000 à 4.000, ça va quand même faire presque 3.000€. Et une facture multipliée par 3, c'est compliqué à répercuter sur le prix de vente", assure le boulanger, qui explique avoir déjà augmenté ses prix, en raison de la hausse du coût des matières premières.

"De la concurrence déloyale"

Pour éviter les fermetures de boulangeries, il appelle à la mise en place d'un bouclier tarifaire comme pour les particuliers. "Certains l'ont déjà, comme les petits consommateurs d'énergie, les boulangeries froides et aux terminaux de cuisson qui ne fabriquent pas. Eux, ils bénéficient du bouclier tarifaire et voient leur factures augmenter de seulement 15%. C'est de la concurrence déloyale", peste Frédéric Roy.

Face à la fronde, Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, reconnaît que des contrats signés entre juillet et décembre sont trop élevés et veut les revoir et les renégocier. Mais pour l'instant, les artisans sont tenus de payer les factures dues: "Il y a un boulanger qui a reçu sa deuxième facture de 15.000€. TotalEnergies lui a dit qu'ils allaient s'occuper de son dossier mais pour le moment, il n'a que les factures, mais aucune annulation", déplore Frédéric Roy.

Certains boulangers ont d'ores et déjà dû mettre la clé sous la porte. "Quand les rentrées d'argent sont plus faibles que les sorties, vous fermez boutique", déplore laconiquement Frédéric Roy. Pour sauver leur métier, les artisans sont tous conviés à manifester ce lundi à Paris. Le départ du cortège est programmé à 14h place de la Nation. 

G.D.