RMC

"A côté de la plaque": colère dans les stations-service après l'annonce de Jean Castex

Pour lutter contre la hausse des prix des carburants, Jean Castex promet une réduction de 15 centimes sur chaque litre d'essence. Mais du côté des professionnels, on déplore une annonce sans concertation et assure n'avoir reçu aucune directive.

Une légère amélioration à la pompe. Alors que les prix des carburants s'envolent, Jean Castex a annoncé ce samedi une remise de 15 centimes par litre d’essence dès le 1er avril et pendant 4 mois pour tous les Français. Cette mesure coûtera environ 2 milliards d'euros à l'Etat et sera valable sur tous les carburants.

Concrètement, pour un plein de 50 litres, à 2 euros le litre soit 100 euros en temps normal, le plein, avec la remise de Jean Castex, ne coûtera "plus que" 92,5 euros, à partir du 1er avril et jusqu'à fin juillet.

Mais l’annonce soulève déjà des interrogations. Dans les rangs de La France insoumise, on dénonce une mesure électoraliste en vue de la présidentielle tandis que les écologistes évoquent une mesure inégalitaire. Philippe Poutou lui, juge dérisoire cette aide.

>> A LIRE AUSSI - Prix de l'essence: la remise de 15 centimes par litre va-t-elle vraiment aider les automobilistes?

"Même mon fournisseur n'a aucune idée de comment appliquer cette réduction"

La colère est palpable aussi du côté des distributeurs de carburant. Car la mise en œuvre de cette nouvelle réduction est pour le moins opaque. Le gouvernement assure que la remise s'effectuera au moment du paiement et ne sera donc pas visible sur les prix affichés. "Pour le moment, ma seule solution c'est d'augmenter de 15 centimes au litre et de leur rendre derrière", ironise Pierre-Marie, responsable d'une station-service. dans le Var.

"Même mon fournisseur n'a aucune idée de comment appliquer cette réduction. Tout ce que fait l'Etat, ce n'est jamais organisé. Nos ministres sont à côté de la plaque", ajoute-t-il.

"Il faut baisser la TVA sur les carburants. Le problème est à la base, moi je gagne 7 centimes au litre, sans la TVA. Quand quelqu'un va venir faire le plein je vais devoir lui rendre 15 centimes, comment je vais justifier ça à ma banque. L'Etat est hors-sol, ces gens ne vivent pas dans le même monde que nous", ajoute-t-il très remonté.

Les prix du carburant dépassaient toujours les 2 euros ce lundi. Pour soulager le portefeuille des Français, le gouvernement mise donc sur cette réduction de 15 centimes, représentant la moyenne des hausses et baisses constatées à ce stade. Cette mesure est une première mesure, un plan de résilience doit venir la compléter.

>> A LIRE AUSSI - "La Poste fait des bénéfices sur les chômeurs": privés d'indemnités, d'anciens postiers veulent attaquer en justice

Chez les consommateurs aussi on râle: "Depuis que Jean Castex a pris la place d’Edouard Philippe, il n’est que dans les effets d’annonce avec des annonces permanentes. Au lieu de gagner 5 milliards d’euros sur cette période, ils vont en gagner 3", tacle ce vendredi sur le plateau des "Grandes Gueules" Mehdi Ghezzar."Ils nous prennent pour des imbéciles", peste Julien, un auditeur.

"C'est un rapport de force entre puissants et faibles. On subit ces augmentations et on n'a pas le choix. Bruno Le Maire nous dit que ça va coûter de l'argent c'est faux, ça ne leur coûte rien. Plus le prix augmente, plus ils gagnent. Et qui va payer à chaque fois? et bien c'est toujours les mêmes. Pourquoi on ne va pas chercher ceux qui profitent de la crise", assure-t-il.

>> Tous les podcasts RMC

G.D.