RMC

Pourquoi la hausse des prix a ralenti en août

Pour la première fois depuis plus d'un an, la hausse des prix a ralenti en France au mois d'août. La raison principale tient dans les prix à la pompe.

Alors que l’inflation continue de s’accélérer partout en Europe (9,1% sur un an pour la zone euro, nouveau record historique), elle ralentit en France, pour la première fois depuis juin 2021. L’inflation est de 5,8% sur un an, contre 6,1% en juillet, selon l’Insee.

La France est le pays dans lequel la hausse des prix reste la plus sage. 2,5 points environ de moins que chez nos voisins. En effet, l’inflation est autour de 9/10% en Espagne, en Italie ou en Allemagne et plus de 20% dans les pays baltes.

Le prix de l’essence comme raison exclusive

Ce coup d’arrêt s’explique exclusivement par l’accalmie sur les prix de l’essence. Le prix au litre a perdu près de 20 centimes en août par rapport à juillet, quel que soit le carburant.

Sinon, l’inflation continue de se propager dans tous les autres secteurs: Les prix des produits alimentaires ont augmenté sur un an de 7,7% en août, contre 6,8% en juillet. Avec des pointes à presque 25% pour les volailles surgelées, 18% pour les pâtes, 16% pour l’huile. Même chose pour les produits manufacturés et les services.

>>> Retrouvez les podcasts d’Emmanuel Lechypre sur le site et l’appli RMC

La tendance de fond reste à la hausse

Reste maintenant à savoir s’il s’agit d’une pause dans la hausse, si le pic est atteint ou si on se trouve sur un plateau, au niveau de l’inflation. Le renforcement de la remise à la pompe de 18 centimes à 30 centimes par litre d'essence acheté à partir du 1er septembre, et pour deux mois, devrait calmer le jeu en septembre et en octobre.

Mais la tendance de fond des prix reste orientée à la hausse pour au moins quelques mois. Les prix sortie d‘usine, sortie ferme ou sortie container sont encore en hausse forte, de 25 à 30%, reflétant des hausses de coûts de production qui se retrouveront en partie au détail, le gaz et l’électricité en tête.

Mais après vu la stabilisation voire le recul de beaucoup de matières premières, du fret maritime, l’atténuation de la pénurie sur les semi-conducteurs, on peut penser que le reflux commencera, sans doute au printemps 2023.

Emmanuel Lechypre (avec MM)