RMC

Prix de l'électricité: "Le marché européen est une stupidité", tacle Loïc Le Floch-Prigent

Pour l'ancien patron de GDF et du groupe pétrolier Elf, l'ingénieur Loïc Le Floch-Prigent, il est important de sortir du marché européen de l'électricité qui gonfle artificiellement les prix. Et il faut redémarrer au plus vite les centrales nucléaires à l'arrêt pour maintenance.

Pour l'instant limité pour les ménages avec le bouclier tarifaire, le prix de l'électricité qui a flambé menace cependant l'activité économique de nombreuses entreprises, pas protégées par un système équivalent. Des artisans et des restaurateurs sont ainsi obligés de fermer tandis que certaines sociétés doivent réduire fortement leur activité.

De quoi s'inquiéter pour l'économie dans un futur proche, avant même d'éventuels délestages: "À cause du prix de l’électricité on va devoir arrêter de produire, et beaucoup", prévient ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules" Loïc Le Floch-Prigent, ingénieur et ancien patron de GDF et d'Elf.

"J’ai des entreprises qui vont devoir payer 3, 5 à 6 fois plus que d’habitude. C’est une très mauvaise nouvelle pour la France, ça signifie moins de consommation, moins d’industrie et moins de travail", déplore-t-il.

"Antinucléaire systématique"

Et tandis que RTE se félicite de la baisse de la consommation d'électricité, de 8,3% sur une semaine et de 6,6% sur les 4 dernières semaines, Loïc Le Floch-Prigent n'y voit aucun motif de satisfaction: "Bien sûr qu'il y en a moins vu que les industriels se préparent à diminuer la production. Je ne vois pas ce qu'il y a de réjouissant", tacle l'ancien dirigeant d'Elf qui déplore la communication tous azimuts du gouvernement. "Il y a une politique de communication désordonnée mais ce n’est pas de l’action. L’action c’est comment remettre en fonctionnement la production d'électricité", plaide l'ingénieur qui estime qu'il faut remettre au pas au plus vite les centrales nucléaires.

"Normalement, les centrales nucléaires sont toutes en fonctionnement au 1er janvier. Mais on a fait de l’antinucléaire systématique et à chaque fois, qu'on a pris de telles précautions inutiles on a mis en danger notre électricité", estime Loïc Le Floch-Prigent.

Pour lui, "c'est stupide", d'arrêter en même temps toutes les centrales nucléaires confrontées à des problèmes de corrosion.

Un prix déterminé par le tarif du gaz allemand?

Pour pallier à ces pénuries, la France a acheté de nombreuses quantités d'énergie "à un prix très élevé", déplore Loïc Le Floch-Prigent. "Pourquoi est-ce qu'un produit que l'on fait à 50 euros, se retrouve dans l'industrie à 600 euros? On a tarifé l'électricité", tacle l'ingénieur.

Et pour se débarrasser de cette électricité trop chère, il plaide pour sortir du marché européen comme le Portugal et l'Espagne: "On enlève le marché de l'électricité, les Portugais et les Espagnols sont à 115 euros le mégawattheure, je suis à 600 avec mes entreprises". "Ce marché de l'électricité est une stupidité, il est artificiel et impossible à tenir car tout ce qui est artificiel est destiné à tomber", conclu Loïc Le Floch-Prigent.

Le prix de l'électricité à l'intérieur du marché européen commun est fixé par le coût de production de la dernière centrale utilisée pour satisfaire une demande. En général, les sources de production les moins chères, nucléaire et renouvelable sont utilisées en premier, avant le charbon et le gaz, très cher en ce moment. Ainsi, le prix de l'électricité en France est souvent déterminé par une centrale à gaz, souvent située en Allemagne.

G.D.