RMC

Thé ou café ? L’impact de l’inflation sur le petit déjeuner

Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Emmanuel Lechypre s’est penché sur l’impact de l’inflation sur le petit déjeuner.

Thé ou café, il va falloir choisir son camp pour le petit déjeuner. Les prix de tous les composants traditionnels de nos petits déjeuners n’augmentent plus du tout au même rythme. Avantage clairement aux buveurs de thé, en hausse de 3.1% sur un an. La palme de la plus forte augmentation en rayons revient en revanche au café, dont le prix a grimpé de 11,2% entre août 2021 et août 2022, selon l’Insee.

Entre les deux, le chocolat chaud, puisque le lait entier est en hausse de 7,8% (moins que le lait demi-écrémé), et le chocolat en poudre (+6,7%).

Autre match: céréales contre tartines/ Léger avantage aux céréales, dont les prix augmentent de 9.5% sur un an. C’est un peu moins pour le pain (8.2%). Le problème, c’est ce qu’on met dessus: +15,8% pour le beurre, presque 8% pour les confitures et le miel. Le grille-pain a lui pris 15%.

Pour votre santé et celle de votre porte-monnaie, n’abusez pas des œufs (plus de 11%). Pour les fruits frais, c’est no limit: +3.2%, deux fois moins que le jus d’orange (6%).

La météo et la guerre en Ukraine parmi les causes

Comment s’expliquent ces hausses ? Il y a les conditions météo pourries d’abord. C’est le cas derrière l’envolée des prix du jus d’orange, qui subit des maladies aussi, comme la maladie du dragon jaune. Idem pour café (gel et pluies au Brésil).

Et puis, il y a les problèmes persistants de la chaîne d'approvisionnement mondiale, avec la guerre en Ukraine notamment, qui font grimper les coûts de production (énergie, alimentation) pour le porc, les œufs… Selon le Sénat, il n’y a pas de répercussions excessives de ces hausses de coûts.

Emmanuel Lechypre