RMC

Droit à la déconnexion: "C'est inapplicable, on a toujours peur de rater un mail ou un sms important"

-

- - AFP

Huit mois après l'entrée en vigueur du droit à la déconnexion dans la loi, environ un tiers des actifs en emploi (33,5%) restent connectés à leurs smartphones ou tablettes pendant leurs congés d'été, selon une enquête publiée mardi. C'est le cas de Julien, directeur de communication joint par RMC.fr, qui avoue angoisser quand il ne consulte pas ses mails et son portable.

Julien est directeur de communication au sein d'un groupe international. Il a trois enfants.

"Je suis un vrai cas d'école. Je ne décroche jamais. Je regarde mes mails, mes SMS et je décroche dès qu'on m'appelle. Je scrute aussi les comptes Twitter des gens de ma boîte. Donc mon téléphone sonne en permanence. Déjà dans mon métier, la communication, tout est une question de timing, il faut pouvoir réagir rapidement. Et puis j'aime bien pouvoir me débarrasser le plus vite possible des choses pour éviter qu'elles s'entassent. Si je reçois un mail le soir pour quelque chose qui n'est pas urgent, je m'en occupe immédiatement pour éviter que ça me prenne du temps le lendemain matin.

J'ai été mal habitué avec mon précédent job. Mon ancien patron était hyper exigeant avec ça: si on ne répondait pas dans la seconde à ses sollicitations, on pouvait avoir des problèmes. Du coup, aujourd'hui encore, j'ai toujours au fond de moi la peur inconsciente que si je passe à côté d'un mail ou d'un appel important je vais avoir des soucis.

"J'ai toujours peur de rater quelque chose"

J'ai toujours la peur de rater quelque chose, c'est ce que l'on appelle le Fear of missing out (FOMO), la peur de rater une information ou un message important. Donc je reste connecté en permanence. En vacances, j'essaie de déconnecter un peu: je laisse le portable dans la chambre et ne le vérifie que le soir. J'essaie aussi de couper le flux de mails pour les checker uniquement le soir. Mais les jours où je reste au calme avec les enfants, je vais vérifier plusieurs fois mon téléphone par jour. Mais passer une semaine de vacances sans consulter mon portable, c'est impossible.

Ça m'arrive de faire des balades en forêt avec les enfants sans mon téléphone parce que je sais que cela ne va pas durer plus d'une heure et demi. Mais il me faut du temps, déjà, pour que j'arrive à me détendre complétement. Et il m'arrive pendant la ballade que je me dise : 'pourvu qu'en rentrant je n'ai rien raté'. J'ai développé ce sentiment de culpabilité si je coupe un moment.

"Plus on répond aux mails et aux sms, et plus on en reçoit"

Malgré cela, je m'oblige de plus en plus à déconnecter avec la fonction 'do not disturb' de mon téléphone, qui me permet de définir des heures pendant lequel il ne sonne pas. Tous les jours entre 19h30 et 20h30, mon téléphone ne sonne plus et j'essaie de le mettre le plus loin possible dans la pièce pour ne pas être tenté toutes les trois secondes de le consulter.

Il faut trouver un équilibre, parce que plus on répond aux mails et aux SMS, et plus on en reçoit. C'est sûr que si on répond toujours tout de suite, on habitue nos chefs à être toujours réactif. Il faut arriver à se dire que si un mail n'est pas urgent, on peut attendre avant d'y répondre. Mais cette loi sur le droit à la déconnexion, selon moi, elle est inapplicable. Et vu l'avancée technologique, cela le sera encore moins dans les années qui viennent, car les avancées de la technologie feront que nous serons toujours plus connectés."

Propos recueillis par Philippe Gril