RMC

Énergie: les boulangers, déçus par les annonces de Bruno Le Maire, veulent un bouclier tarifaire

Le ministre de l'Économie a annoncé jeudi sur RMC une batterie de mesures pour aider les boulangers gravement touchés par la crise énergétique et les hausses des factures d'électricité. Mais pour eux, ces annonces sont insuffisantes. Ils réclament un bouclier tarifaire, comme pour les particuliers.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé jeudi sur RMC la prolongation à partir du 1er janvier 2023 du guichet pour les artisans sur les prix de l'énergie, en plus de l'amortisseur automatique de 20% pour les PME et TPE de moins de 250 salariés. Concrètement, sur une facture qui passerait de 1.000 euros à 4.000 euros, l'amortisseur la baisserait à 2.600 euros, selon le ministre de l'Economie.

Mais pour les boulangers, ces aides sont insuffisantes. Ils demandent un bouclier tarifaire comme pour les particuliers. Avec un prix de l’électricité qui est parfois multiplié par 4 ou 5, certains envisagent de mettre la clé sous la porte. C’est le cas de Cristel, boulangère dans le centre-ville de Toulouse. Et ce ne sont pas les annonces de Bruno Le Maire qui vont la rassurer.

"Stop aux belles paroles"

Sur la vitrine, elle a placardé un avis de décès de sa boulangerie. La gérante a écouté avec attention le ministre de l’Économie, et voilà ce qu’elle en pense: "Il est gentil mais ses guichets, ses numéros verts, je ne sais pas de quoi il parle". La boulangère qui emploie six salariés dit "stop aux belles paroles". Pour elle, le bouclier tarifaire est encore insuffisant.

"20, 25, 35%, on n'en veut pas. On veut qu'il nous aide mais réellement. Quand on va recevoir des factures entre 5000 et 10.000 euros, comment on fait? Moi je ne pourrai pas", déplore-t-elle.

"Je ne me paye pas"

Sébastien, boulanger dans l'Hérault, est confronté aux mêmes problèmes. "Bruno Le Maire parle des boutiques à Paris mais on ne peut pas augmenter les prix nous. Je comprends que les gens aillent chez Lidl pour acheter leur baguette à 35 centimes", assure-t-il aux "Grandes Gueules", déplorant avoir perdu de la clientèle. "Pour le moment, j'arrive à payer mes employés, mais moi je ne me paye pas", ajoute le boulanger.

De nombreux artisans sont dans le même cas de figure. En Haute-Garonne, Jean-Pierre Feuillet, le président de l’Union départementale des boulangers, a une solution pour Bercy.

"On aimerait évidemment avoir un bouclier tarifaire proche de celui des petites entreprises et des particuliers. Des entreprises avec des demandes en énergie très fortes comme les nôtres, c'est compliqué parce qu'il y a une liberté totale dessus", explique Jean-Pierre Feuillet.

La preuve avec Cristel, la boulangère toulousaine, dont le fournisseur Engie propose un prix du kilowatt/h multiplié par neuf, dès le mois prochain.

G.D.