RMC

Grève des agents publics à Amiens: "l’absentéisme a un coût d’environ quatre millions d’euros par an"

Les agents de la métropole d'Amiens dans la Somme sont appelés vendredi à une journée de grève. La raison? La collectivité qui envisage de supprimer les primes de ses 3.500 employés en cas d'absence.

Cantines municipales fermées, pas d'accueil périscolaire, crèche en fonctionnement réduits... Les agents de la métropole d'Amiens sont en grève ce vendredi contre la collectivité qui envisage de supprimer les primes de ses 3.500 employés en cas d'absence. La raison? Le taux d'absentéisme des agents de la métropole est l'un des plus forts de France avec 11,3% de personnel manquant. Des absences qui pèsent sur le budget de l'intercommunalité. 

Agent chargé de l'assainissement au sein de la Métropole d'Amiens, Thierry a sorti sa calculette, si son employeur supprimait les primes en cas d'absence, il pourrait perdre jusqu'à 10% de son salaire. "C’est très injuste parce que c’est la double-peine, on ne choisit pas d’être malade. Toutes les absences sont justifiées puisque ce sont des arrêts maladies donc c’est qu’il y a une pathologie".

Cette mesure doit permettre de faire baisser l'absentéisme, justifie Dominique Fiatte, le directeur général des services de la collectivité territoriale picarde. "Dans une collectivité comme la nôtre, l’absentéisme à un coût d’environ quatre millions d’euros par an. L’idée c’est de ramener l’absentéisme dans la moyenne nationale, ça nous parait jouable. Nous ne visons pas à faire des économies mais à créer un état d’esprit important autour du travail".

En guise de compensation, la métropole s'est engagée à reverser aux salariés les plus présents, l'argent retiré aux agents absents.

Nicolas Ropert avec A.B.