RMC

Qualité de vie au travail: les raisons du classement pitoyable de la France

La qualité de vie au travail est, en France, la pire que l’Europe puisse connaître. Mais pourquoi? Emmanuel Lechypre s'est penché sur le sujet dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story.

Dans une actualité rythmée par les grèves et les batailles de mots autour de la réforme des retraites, tous les débats sur le sujet du moment sont compliqués par une réalité: la mauvaise qualité de vie au travail.

Pénibilité, travail des seniors, carrières longues… Derrière ces sujets clés de la réforme des retraites, existe une réelle toile de fond: la France est le mauvais élève de l’Europe en matière de santé au travail.

Sur cette problématique, les classements internationaux sont sans appel. L’agence publique européenne de statistiques Eurostat explique qu’en matière d’accidents du travail, la France arrive en avant dernière position sur 27. Le taux d'occurrence des accidents est deux fois plus élevé dans l’Hexagone comparé à la moyenne européenne.

Le constat est tout aussi inquiétant sur la problématique psychique des employés français. La proportion d’actifs qui déclare des problèmes de stress, de dépression ou d’anxiété liés au travail est là aussi plus élevée en France qu’en Europe.

Management, ergonomie et dialogue social compliqué

Si le mal-être des travailleurs peut être causé par une multitude de facteurs, qu’ils soient sociaux, économiques ou plus personnels, le management est souvent l’une des raisons qui plombent le moral de l’employé. Et en France, toujours selon Eurostat, les pressions pour respecter les délais, les harcèlements, les brimades, les violences, ainsi que les difficultés de communication avec la hiérarchie sont plus élevés qu’ailleurs.

Trop peu d’efforts sont aussi réalisés en matière d’ergonomie des bureaux. Selon l’agence de conseil en immobilier JLL, 43 % des collaborateurs ne considèrent plus leur entreprise comme un endroit où il fait bon travailler.

Le déclassement de la France sur la question de la qualité de vie au travail se fait aussi sur fond de dégradation de la médecine du travail. En 2005, 13% des salariés français attendaient plus de deux ans pour une visite. Ils sont presque 30% aujourd’hui.

Enfin, c’est aussi la formation des employés qui se veut relativement défaillante. Les Français sont moins nombreux à bénéficier de la formation professionnelle, comparé aux autres pays développés, selon l’OCDE, qui classe la France 22e sur 32. 32% des employés chaque année bénéficient d’une formation contre 41% en moyenne, et 13% seulement chez les seniors français.

Emmanuel Lechypre