RMC

RSI: "j’ai une mise en demeure de 81.012 euros et je ne sais pas pourquoi"

Le Régime Social des Indépendants (RSI) fait ce lundi matin, cinq propositions pour améliorer le service et répondre aux attaques des candidats à la présidentielle qui souhaitent y mettre un terme. Le RSI gère la retraite et l'assurance maladie des commerçants, des artisans et des autoentrepreneurs, soit plus de 6,2 millions de personnes.

Les représentants du RSI contre-attaquent. Longtemps ignoré dans les débats politiques, plusieurs candidats envisagent de le supprimer, comme Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

Parmi les propositions des élus du RSI: garantir un quatrième trimestre de droit à la retraite pour toute année cotisée ou encore demander que les dividendes des présidents de sociétés par actions simplifiées (SAS) soient assujettis aux cotisations sociales. Un changement nécessaire pour André, qui souffre encore des ingérences du régime social.

Cet ancien entrepreneur garde encore tous ses échanges de courrier avec le RSI de Haute-Normandie. "Dans ce dossier, j’ai une mise en demeure d’un montant de 81.012 euros et 60 centimes". 

Problème, personne n’a pu lui expliquer pourquoi. "La seule réponse que j’ai c’est: 'monsieur vous nous devez cet argent, quoi qu’il advienne, vous le paierez'. Ma société a été liquidée en 2011, je ne suis propriétaire de rien et je suis infoutu de régler les sommes réclamées".

L’ex-entrepreneur, père de 3 enfants, a repris une activité de salariés mais il est en train de déposer un dossier de surendettement. A 68 jours du premier tour, il adresse un message aux candidats à la présidentielle: "Moi je leur dis qu’il faut arrêter les conneries, c’est une priorité pour aider les commerçants, les artisans et les jeunes chefs d’entreprise".

Aujourd'hui, André a des idées plein la tête pour relancer une entreprise mais, traumatisé par le RSI, il ne se lancera plus jamais dans une telle aventure.

Céline Martelet avec A.B.