RMC

La Légion d'honneur pour Agnès Buzyn: "Un bras d'honneur aux Français" selon Barbara Lefebvre dans "Les Grandes Gueules"

Sur le plateau des "Grandes Gueules", la Légion d'honneur d'Agnès Buzyn, pour son action dans la lutte contre la pandémie, choque. L'ancienne ministre de la Santé, qui avait démissionné au début de l'épidémie de Covid-19, est mise en examen pour "mise en danger de la vie d'autrui". Et pour le pouvoir, ce n'est visiblement pas éliminatoire pour recevoir la Légion d'honneur.

A chaque 1er janvier, sa promotion de la Légion d'honneur. Et cette année, la Légion d'honneur a été attribuée à 547 personnes dont plusieurs engagées dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Si Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, qui parfois murmure à l'oreille d'Emmanuel Macron a été décoré de la Légion d'honneur, c'est aussi le cas de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn en poste au tout début de la pandémie puis poussée vers la sortie pour représenter La République en Marche aux élections municipales à Paris.

Une décoration qui a fait bondir une partie de la classe politique, alors que le principal fait d'arme de l'année 2021 de l'ancienne ministre de la Santé est sa mise en examen en septembre dernier pour "mise en danger de la vie d'autrui" lors de l'épidémie de Covid-19, par la Cour de justice de la République (CJR).

Et sur le plateau des "Grandes Gueules" ce lundi, c'est la sidération qui règne. Pour Barbara Lefebvre, ce n'est pas une maladresse de la part du gouvernement mais un bras d'honneur totalement assumé. "Ils vivent dans un autre monde, celui de l'entre-soi oligarchique. Ils sont déconnectés de la réalité, Emmanuel Macron sait très bien ce que ça fait de donner la légion d'honneur à Agnès Buzyn alors mise en examen", assure-t-elle très énervée.

>> A LIRE AUSSI - Agnès Buzyn nommée à l'OMS: "C'est cohérent, elle retrouve un poste dans une entité aussi défaillante qu'elle"

"Quand un citoyen lambda est mis en examen, il ne risque pas de recevoir la Légion d'honneur"

"Madame Buzyn, c'est juste une amie de ceux qui nous dirigent. Ce n'est pas un signal maladroit, c'est une forme de bras d'honneur: 'On sait que vous ne nous aimez pas, regardez comment on vous prouve que l'on s'en fiche de ce que vous pensez'. C'est insultant. Elle est mise en examen. Quand un citoyen lambda est mis en examen, il n'est pas traité de la même façon et il ne risque pas de recevoir la Légion d'honneur", ajoute l'enseignante, désabusée.

Elle a peut-être même fait acte de candidature", note de son côté l'avocate Marie-Anne Soubré. "Agnès Buzyn aurait pu considérer qu’elle n’avait pas à la recevoir maintenant et on aurait pu considérer de la part du pouvoir que ce n’était pas le moment", ajoute-t-elle, alors que les remises de décorations sont souvent le fruit de demandes des principaux intéressés.

Depuis son départ du ministère de la Santé et son échec aux élections municipales à Paris, Agnès Buzyn travaille aujourd'hui à l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève. Une nomination en janvier dernier qui avait alors fait bondir Marine Le Pen notamment, jugeant ce nouveau poste comme "la récompense de son incompétence".

>> A LIRE AUSSI - Marlène Schiappa après la vidéo de Gims: "Je demande à Valérie Pécresse de s’expliquer"

G.D.